search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Bon à savoir Êtes-vous plutôt méthode 1 ou méthode 2 ?


Méthode 1 : Peser le conteneur empoté à l’aide d’un système homologué en métrologie légale. L’opération de pesage peut même être effectuée à l’entrée du camion sur le terminal (à condition de connaître le poids exact du véhicule à vide qu’il faudra soustraire).


Méthode 2 : Additionner toutes les masses individuelles, obtenues soit par pesage direct, soit via des bases de données : masse de chaque élément chargé dans le conteneur, de l’emballage et des matériaux de calage et d’arrimage, sans oublier la tare du conte- neur vide (généralement indiquée sur celui-ci ou accessible via des bases de données comme celle du Bureau international des conteneurs).


Avec la méthode 1, la prestation peut être facturée entre 50 et 150 € par conteneur sur un terminal por- tuaire. « La méthode 2 nécessite quelquefois un travail et un inves- tissement très important, car il faut prendre précisément dans les bases de données les poids des emballages et du calage, qui peuvent être diffé- rents suivant les produits et les pays vers lesquels vous exportez », fait remarquer Fabien Becquelin, direc- teur des transports internationaux à l’AUTF. Quid des contrôles de l’exactitude de la VGM déclarée ? Ils sont pour l’heure très anecdotiques. « À terme, il y aura des contrôles, c’est une évidence, reste à savoir comment les sociétés de manutention vont gérer les flux des conteneurs dont la VGM dépasse le seuil de tolé- rance », nous a confié Didier Rochas, directeur général overseas de Dimotrans. Si la VGM est réel- lement vérifiée par les chargeurs, tout devrait bien se passer… JEAN-LUCROGNON


N° 1 - SEPTEMBRE 2017 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  95


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104