search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Profil Fabio Musa,


25 ans, gestionnaire de flux Produits finis exotiques pour une grande marque du luxe.


« Dans la vraie vie, les équations pures n’existent pas. »


« L’une des caractéristiques d’une entreprise spécialisée dans le luxe, c’est sans doute sa capacité à allier rapidité décisionnelle et excellence d’exécution, et cela à tous les niveaux de l’entreprise, dont la supply chain. » Gestionnaire de flux Produits finis exotiques pour un fleuron du chic français depuis bientôt un an, Fabio Musa y a également fait ses premières armes en 2012, alors qu’il entamait son cursus d’ingénieur en alternance avec l’École nationale supérieure d’arts et métiers (Ensam). Durant trois ans, il se familiarise avec la planification des inventaires et les ateliers de production. En 2015, rebelote ! Il entre à nouveau dans la même enseigne, toujours en alternance, mais cette fois par la porte mastère spécialisé Supply Chain Design & Management. « En découvrant une première fois les arcanes du manufacturing chez cette marque, je me suis rendu compte que ne pouvais qu’enrichir mon approche en développant une compréhension globale des ressorts de la supply chain, depuis les problématiques d’approvisionnement en amont jusqu’à la relation client en aval », explique-t-il.


Les compétences avant les connaissances Diplôme d’ingénieur en poche, la formation dispensée à l’École des Ponts répond à toutes ses exigences : cursus en alternance, cours dispensés pour l’essentiel par des intervenants professionnels et en anglais, accréditation Basics. « Dans la vraie vie, les équations pures à trois inconnues des enseignements théoriques, ça n’existe pas. Ce qui devient alors important, ce n’est pas tant de chercher la décision parfaite que de prendre la mesure la mieux adaptée. Et quand un directeur Supply Chain de chez Nestlé vous apprend comment devenir flexible, cela n’a pas de prix », souligne-t-il. Fabio Musa a apprécié non seulement la dimension très pratique des enseignements du mastère, mais aussi la capacité de veille d’une équipe pédagogique à l’affût des évolutions du marché et à l’écoute des attentes des étudiants. Le fait de leur demander, au terme de chaque module, de noter les professeurs, témoigne bien selon lui du souci de bâtir des enseignements vivants, en résonance avec les sessions effectuées en entreprise. « Très franchement, jamais dans ma scolarité et mes études, je n’avais connu un tel soutien de la part de la direction pédagogique et administrative. »


note Michel Nakhla, codirecteur du MS SCD&M et professeur à l’École des Ponts ParisTech.


Organisation par modules Dans un contexte de globalisation et d’émergence de nouveaux mar- chés, les entreprises doivent adap- ter leurs structures logistiques de manière continue et former du per- sonnel hautement qualifié. Pour


Anticiper, encore et toujours Aujourd’hui, en tant que gestionnaire de flux Produits finis exotiques (crocodile, python, autruche, etc.), il doit faire le lien entre la demande du merchandising et celle de la supply chain quant aux modèles, aux volumes, aux délais d’approvisionnement et aux moyens à mettre en œuvre pour y répondre : suivi de planification, expédition des produits et anticipation. Anticiper encore et toujours, sur les capacités, sur les choix d’ateliers, sur la croissance des activités, etc. « Mon expérience comme ingénieur méthode alternant en atelier m’aide beaucoup aujourd’hui. Elle me permet d’anticiper l’impact concret sur les équipes en atelier d’une décision globale prise en matière de produits, de volume et de délais. »


N° 1 - SEPTEMBRE 2017 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  89


D. R.


D. R.


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104