search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Automatisation Tendance


tomobile, retrace Jean-Marc Heilig, responsable des ventes en France. La déclinaison du principe dans un contexte plus strictement logistique a mis du temps à faire son chemin, mais depuis 3-4 ans, l’intérêt est réel sur le marché français. » Et plus seulement dans le monde industriel, mais aussi côté e-com- merce et surtout dans la grande distribution, assure-t-il à son tour, Witron comptant plusieurs réali- sations au sein d’entrepôts des réseaux E.Leclerc ou Intermarché. Dans ces derniers cas, la formule des techniciens à demeure s’est imposée à chaque fois. « L’enjeu va bien au-delà du réglage d’un cap- teur ou du graissage des roule- ments, et même de la résolution d’éventuels problèmes. Il s’agit d’accompagner les clients pour que l’installation réponde pleinement à leurs attentes en termes de per- formance opérationnelle et d’équa- tion économique », insiste Jean- Marc Heilig. Dans le même ordre


d’idée, c’est à un véritable binôme entre responsables de l’exploitation et de la maintenance qu’en appelle Frédéric Mancion, directeur associé au sein du cabinet Metis Consul- ting et expert reconnu des ques- tions d’automatisation en tant qu’ancien dirigeant du groupe Savoye (voir encadré page 76).


Prime à la redondance Au-delà de ces questions d’orga- nisation et de répartition des rôles entre l’interne et les fournisseurs de solutions, voire d’éventuels prestataires issus de la maintenance industrielle, Frédéric Mancion relève une autre forme d’évolution à l’œuvre : l’influence des questions de maintenance sur le design des installations déployées, voire sur la R&D des constructeurs. « Les sys- tèmes de stockage automatique ont par exemple longtemps privilégié de larges transstockeurs ou mini- load, au risque qu’un problème de mât perturbe durablement les opé-


Jean-Marc Heilig, responsable des ventes France, Witron.


Accompagner les clients, pour que l’installation réponde à leurs attentes de performance opérationnelle et d’équation économique.


rations. Les systèmes aujourd’hui mis en œuvre sont souvent plus petits et assurent plus de redon- dance, réduisant d’autant l’impact d’une éventuelle panne. » En l’oc- currence, des systèmes où des navettes peuvent opérer à plusieurs dans une même allée, ou passer d’un niveau ou d’une zone à l’au- tre, avec la possibilité de sortir rapi- dement une navette défectueuse et d’en configurer une nouvelle dans le système. L’avis des constructeurs sur le sujet diffère un peu en fonction des solutions à leur catalogue. Certains


QUELLE EST LA SOLUTION INTRALOGISTIQUE LA PLUS ADAPTÉE À VOTRE BESOIN ?


En choisissant SSI SCHÄFER, vous profitez de l’expertise d’un spécialiste de l’intralogistique et d’une vaste gamme de solutions modulaires et qualitatives


Faites appel à SSI SCHÄFER pour trouver la solution qui correspond à votre besoin :


• Gain de surface • Augmentation de productivité


ssi-schaefer.com


• Capacité de stockage supplémentaire • Meilleure ergonomie de vos postes de travail


N° 1 - SEPTEMBRE 2017 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  77


© Witron


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104