search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
sans segmentation Autour du thème « S&OP/IBP : la segmentation au service de la performance de la supply chain », JDA Software et Supply Chain Magazine ont organisé, fin juin, une demi-journée de conférences en partenariat avec le Master Supply Chain de l’université Paris-Dauphine. Pour illustrer le sujet, Pierre-Michel Caillaud, responsable Ingé- nierie Supply Chain tactique du groupe Michelin, a évoqué et commenté le projet Sharp (processus S&OP), déployé chez Michelin et considéré comme l’un des trois chantiers les plus stratégiques du moment. À partir de cette expérience, l’inter- venant a expliqué comment prendre les meilleures décisions en anticipant mieux les impacts. Michel Fender, directeur asso- cié du cabinet Diagma et auteur de plusieurs ouvrages de réfé- rence sur la supply chain, s’est concentré sur les enjeux du S&OP pour une direction générale, soulignant l’importance de mettre toutes les fonctions concernées autour d’une table, afin de définir des objectifs communs et d’arrêter des priorités. Et c’est Alexis Rotenberg, directeur principal Strategic Services de JDA Software, qui a abordé la question de la segmentation au service des opérations, en prenant pour exemple celui d’Ama- zon qui redéfinit chaque année sa supply chain en la segmen- tant en fonction de ses nouvelles catégories de produits. Tous les intervenants ont également insisté sur l’importance d’asso- cier au S&OP la direction financière de l’entreprise (processus IBP, Integrated Business Planning). JPG


Pas de S&OP performant


Un standard européen pour la livraison de colis dans l’UE GS1 France s’est réjoui du choix du standard GS1 SSCC (Serial Shipping Container Code) par le CEN (Comité européen de normalisation), pour faciliter la livraison des colis dans l’Union européenne. Jusqu’à présent, le recours aux solutions propriétaires rendait obligatoire un re-étiquetage des colis en fonction du réseau et/ou du pays de distribution. Après plusieurs mois de réflexion, les travaux du CEN ont permis de définir une solution qui facilite les services de livraisons des colis internationaux de tous les e-commerçants, grâce à l’utilisation d’une seule étiquette. Jusqu’alors principalement destinée aux palettes, l’utilisation de ce code SSCC sur un colis permet son identification unique de bout en bout de la chaîne, et donc une meilleure traçabilité jusqu’au consommateur final. ÉL


N° 1 - SEPTEMBRE 2017 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  21


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104