search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Management Mes news RH Par Christine Calais


S’expatrier, un choix de vie… difficile ?


I


S’expatrier, pas si facile à vivre ?


l y a comme un paradoxe. Les personnes qui travaillent à l'étranger soulignent que leur


poste leur permet de s’enrichir, d’avoir de meilleures perspectives professionnelles, des horaires de travail plus adaptés et de bonnes relations avec les collègues. Et pourtant, cela ne les empêche pas de considérer leur situation comme étant moins privilégiée que celle de leurs confrères restés dans le pays d’origine quand il s’agit de leur bien-être physique, social, familial et même financier ! C’est ce qui res- sort de l’étude 2017 sur le bien-être des expatriés de la compagnie d’as- surance américaine Cigna Interna-


tional (2 003 expatriés de 25 à 59 ans ont été interrogés en ligne). L'indice global de bien-être pour les individus mobiles à l'échelle mon- diale est de 61,5 points, soit 1,8 point en dessous de celui des personnes travaillant dans leur pays d’origine. L'écart le plus important concerne le bien-être familial (-9,4 points). Le manque de temps passé avec leur famille et l'éducation de leurs enfants les préoccupent, et ce sentiment peut être exacerbé par l’absence de sou- tien familial autour d'eux. Les expa- triés souffrent souvent d'anxiété, et tous s'inquiètent de la maladie : 40 % des répondants n'ont aucune


Partagez vos collaborateurs IT ! L


a pénurie de développeurs et autres professionnels de l’IT se fait sentir


depuis des années sur le marché fran- çais. Comme la plupart des « tech talents » sont déjà en poste, la start- up Crafty les a donc recherchés au sein même des entreprises. Elle pro- pose aux sociétés de partager leurs ressources quand le collaborateur peut se libérer, en fonction des projets sur lesquels il travaille déjà, conformé- ment à la loi Cherpion. Crafty offre ainsi une plate-forme collaborative de partage de talents IT. Le principe est simple : vous cherchez une fonc-


tion IT et l’algorithme de matching propose des profils adaptés. Olivier Rochet, Pdg de Scallog, société spé- cialisée dans la préparation de com- mande robotisée, témoigne avoir « fait appel à Crafty à plusieurs reprises pour renforcer nos équipes techniques lors de périodes à plus forte charge. Nous avons été très satisfaits des pro- fils proposés et de la réactivité de Crafty sur les différentes opérations. Le service permet une grande sou- plesse et facilite le recrutement ». À quand le partage de collaborateurs supply chain ?


86  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - SEPTEMBRE 2017 - N° 1


couverture médicale d’entreprise et 15 % aucune couverture santé. Un tiers des répondants se sent moins en sécurité qu'il y a 24 mois, en rai- son de turbulences politiques et de facteurs macroéconomiques. Un tiers seulement est satisfait de sa situation financière actuelle. Beaucoup signalent également avoir du mal à socialiser en dehors du tra- vail et 20 % reconnaissent souffrir de la solitude. « Il est absolument nécessaire pour les employeurs de faire attention à la santé et au bien- être de leurs employés mobiles à l'échelle mondiale », conclut Jason Sadler, président de Cigna Interna- tional Markets.


Déconnectez-vous pendant vos congés ?


78 % des femmes et 56 % des hommes arrivent à décrocher de leur travail pendant les vacances d’été, selon un sondage du site d’emploi Qapa.


53 % des femmes et 69 % des hommes interrogés considèrent que leur activité professionnelle prend plus de place qu'avant durant leurs vacances.


Cela dit, 65 % des femmes ont déclaré avoir réussi à se déconnecter totalement (e-mails, réseaux sociaux, smartphones), contre seulement 34 % des hommes.


Et vous ?


©Christine Calais


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104