search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Forum d’été


De gauche à droite : Bertrand Faure (Fives), Philippe Gautrin (Proaction), Stéphane Cren (GS1), Jérôme Bour (DDS Logistics), Christophe Bressange (Mews Partners), Jean-Pierre Mouly (Zetes) et Jean-Philippe Guillaume (Supply Chain Magazine)


tation du marché du transport et à l’effet boîte noire qui en résulte, et devant le besoin croissant de traça- bilité, nous avons lancé notre plate- forme et décidé de nous battre sur les standards d’échange d’information », a expliqué Lucien Besse, cofondateur de Shippeo. Il a fallu presque deux ans pour parvenir à une première version aboutie du produit (temps de gestation lente, commun à nombre de start-up qui durent). « Nous avons décidé ne nous concentrer sur le transport routier, qui est déjà suffi- samment complexe. », Shippeo emploie 33 personnes, compte 30 clients grands comptes en Europe (dont Auchan, Carrefour, Castorama, Faurecia, FM Logistic, France Boissons, ID Logistics, Leroy Merlin, Saint-Gobain, Schiever, Viapost), 600 transpor- teurs connectés, et traite 30 000 ordres de trans- port par mois. Le tracking temps réel des tournées d’un grand distributeur a fait gagner 50 % de productivité au service client en lien avec les magasins et 60 % de préci- sion dans la mesure du taux de ser- vice. De plus, les magasins sont sys- tématiquement informés en cas de retard de livraison. « Nous avons déjà beaucoup de camions en Europe. Nous allons nous internationaliser via une deuxième levée de fonds en fin d’année », a révélé Lucien Besse.


Gérer la transition de manière collective Pour clore la journée, Jean-Philippe Guillaume a organisé une table


« l’IA va devenir plus performante que l’esprit


humain. Il faudra donc passer la main quand elle fera mieux que nous. »


ronde qu’il a animée en faisant intervenir Christophe Bressange (Mews Partners), Jérôme Bour (DDS Logistics), Stéphane Cren (GS1), Ber- trand Faure (Fives), Philippe Gautrin (Proaction) et Jean-Pierre Mouly (Zetes). Si tous s’accordent sur le fait que la révolution digitale est en marche, certains soulèvent les freins auxquels elle se heurte. Philippe Gautrin et Bertrand Faure mettent en exergue la capacité des gens à acquérir les nouvelles tech- nologies et à se les approprier. Sté- phane Cren insiste de son côté sur la nécessité de créer des standards pour faciliter l’interopérabilité des systèmes. « Il faut trouver un commun digital pour éviter de perdre de l’éner- gie en intercon- nexions et dévelop- per une identité numérique com- mune aux différents systèmes pour ne pas changer chaque fois de login/mot de


passe », préconise-t-il. Les partici- pants relèvent aussi que l’on peut plus facilement partir de l’existant et l’améliorer au lieu de tout refaire, par exemple en complétant des outils de management visuel par du digital comme l’illustre Christophe Bres- sange, ou en ajoutant une informa- tion plus granulaire à un WMS ins- tallé pour affiner la traçabilité, c’est ce que suggère Jean-Pierre Mouly. Pour Bertrand Faure, « l’IA va deve- nir plus performante que l’esprit humain. Il faudra donc passer la main quand elle fera mieux que nous ». Cela devrait tirer vers le haut


68  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - SEPTEMBRE 2017 - N° 1


le rôle du responsable supply chain (davantage de pilotage et de force de proposition). « La logistique était le bout de la queue du chien. Aujourd’hui, nous avons les outils et les moyens de montrer sa qua- lité », complète Philippe Gautrin. En matière de talent, les data scien- tists et les compétences de gestion de projet (y compris chez les consul- tants) devraient être plus sollicités. « Il faut aussi mobiliser l’intelligence collective », enjoint Jérôme Bour. « Il faut recruter du sang neuf, et par plus d’accompagnement, embarquer les autres. Diffuser cette offre dans toutes les couches de haut en bas pour obtenir l’adhésion est aussi fac- teur de succès chez nos clients », observe-t-il en s’inspirant de l’ex- périence de Join2ship. « Il faut être plusieurs autour de la table pour résoudre les problèmes », renchérit Jean-Pierre Mouly. Fédérer les bonnes compétences, bien les orchestrer et les outiller dans un univers mouvant sera une fois de plus la clé dans le monde de demain… qui commence dès aujourd’hui. 


CATHYPOLGE, TEXTE ET PHOTOS


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104