search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
L’essentiel Zap L


Une logistique en marche (expresse) Dans le cadre de son marché avec la Dila (Direction de l’information légale et administrative), le prestataire Eurodislog a mis en place une organisation expresse permettant d’assurer en 24 heures, la distribution des 60 000 portraits officiels du président Macron. JPG


plus de performance Engagée avec l’Institut du commerce (ex-ECR), la démarche des distributeurs et industriels du bricolage pour améliorer la performance logistique du secteur se poursuit, avec la publication d'un « Manuel de bonnes pratiques logistiques – Indicateurs partagés » par Unibal (Union nationale des industriels du bricolage, du jardi- nage et de l’aménagement du logement). L’ouvrage, dis- ponible sur le site d’ECR, liste huit indicateurs (dont la qualité de service, la disponibilité en linéaire, la confor- mité des prévisions, la couverture de stock et le déploie- ment EDI) pour lesquels il propose à chaque fois une méthodologie de calcul. Il établit également un processus de revue de performance en cinq étapes, afin de per- mettre aux acteurs d’améliorer conjointement l’efficacité opérationnelle de leurs flux. ÉL


Le bricolage se met en huit pour


Rapport d’étape pour les agences Mondial Relay Décidé en janvier 2016, le projet de mécanisation/automatisation des sites français de Mondial Relay, pour un investissement de 15 M€, devrait être entièrement finalisé début 2018. Avec un double objectif : être en capacité de traiter la forte croissance des flux de l’e-commerce et de réduire la pénibilité. À date, 11 agences ont été mécanisées, dont quatre (Lyon, Lieusaint, Hem et Blois) sont dotées d’une double machine de tri. Prochains chantiers : les agences de Marseille et Bordeaux. JLR


14  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - SEPTEMBRE 2017 - N° 1


Congrès Fapics : le DDMRP prend une nouvelle dimension


es nouvelles méthodes de planification basées sur un pilotage par la demande ont été au centre des débats lors du dernier congrès Fapics, organisé du 5 au 7 juillet


à Lyon. Invitées par l’association professionnelle en SCM, bon nombre d’entreprises françaises et internationales ont partagé leurs retours d’expériences sur la méthode DDMRP (Demand Driven MRP). Non seulement la France figure tou- jours parmi les champions du DDMRP dans le monde, mais il est à noter que le phénomène touche désormais certaines grandes entreprises, notamment Michelin. Au deuxième trimestre 2016, le fabricant de pneumatique a lancé une série de pilotes dans plusieurs sites dans le monde (9 au total d’ici à fin 2017, en Espagne, en France et aux États- Unis entre autres). L’objectif est de résoudre à la fois ses coûteux problèmes de bimodalité des stocks (alternance permanente entre, sur et sous stocks) et l’effet coup de fouet sur sa supply chain complexe (6 niveaux, 60 sites industriels). À condition de savoir bien définir combien


Les nouveaux administrateurs Fapics, très impliqués dans l’organisation du congrès de Lyon. De gauche à droite : Jérôme Pocachard, Isabelle Bellesort, Edmond Passo (président de Fapics), Lena Queau et Nicolas Hullot.


de buffers DDMRP utiliser et où les placer, l’expérimentation semble avoir largement porté ses fruits, avec une réduction observée des stocks et un « signal de production » nettement plus stable. « Nous avons rétabli ce lien très important entre l’usine et le service client, et c’est incroyable le niveau de stress en moins sur les opérations de planifi- cations », a déclaré Thi- baut d’Hérouville, res- ponsable de la supply chain industrielle de Michelin. Son souhait : lancer, dès l’année pro- chaine, le déploiement sur 60 sites ! Lors de ce congrès Fapics, il a aussi été


« Nous avons rétabli ce lien très important entre l’usine et le service client, et c’est incroyable le niveau de stress en moins sur les opérations de planifications. »


question d’un autre grand nom, cette fois dans le domaine du luxe, qui a déployé un DDMRP sur sa distribution pour deux gammes de produits, et a réduit ses stocks de 25 % sur les high sales dans un environnement fortement sai- sonnier. La prochaine étape : mettre en place un DDMRP sur la production. Si l’entreprise n’a pas souhaité témoi- gner directement et a tenu à rester anonyme, les lecteurs assidus de la newsletter SCM (voir NL n° 2508) l’auront sans doute reconnu. JLR


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104