search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Conversations Jean-Christophe


responsable distribution de la division Pneumatiques France de Continental


« Nos clients peuvent suivre leurs commandes en temps réel jusqu’à la livraison. »


La division Pneumatiques de Continental France dresse un premier bilan de la mise en place d’une nouvelle solution de track & trace. Outre l’objectif d’automatiser et d’harmoniser la collecte d’informations auprès des transporteurs du fabricant de pneus, l’outil a également permis de proposer à ses clients un suivi en temps réel de leurs commandes.


Supply Chain Magazine : Pourquoi aviez-vous besoin d’une solution de track & trace au sein de la division Pneumatiques ? Jean-Christophe Oechsner : Auparavant, nous devions contacter chacun de nos huit transporteurs, pour assurer le suivi de nos expéditions en France depuis nos trois sites. Pour donner les bonnes informations à nos clients, suite ou non à une réclamation, notre service client devait en effet collecter les informations auprès de chacun de nos prestataires, s’assurer de la fiabilité de ces informations. Avec la dizaine de milliers de pneumatiques


Mini CV


 Formation : Master « Management de projets », à l’École supérieure de commerce de La Rochelle. DESS (Master professionnel) « Marketing des Services », à l’université de La Rochelle.


 Expérience : chez Continental France depuis 2007, successivement en tant que chef de groupe contact client, coordinateur relation client et responsable distribution France.


Entre 2000 et 2006, Jean-Christophe Oechsner a exercé différents postes au sein de Coca-Cola Entreprise, Tenovis, Bred Banque Populaire, Victoria Line, Corsica Raid Organisation, Experian et Queen Victoria Building Jewellery.


32  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - SEPTEMBRE 2017 - N° 1


que nous livrons chaque jour, la tâche était fastidieuse et faisait perdre beaucoup de temps. La solution MCT (Multi Carrier Tracking) de Neopost Shipping nous a donc permis d’automatiser cette collecte d’informations : installé chez nous, l’outil récupère et centralise les messages EDI en temps réel, les harmonise et les restitue sur une seule et unique plate-forme. Nous avons ainsi obtenu une meilleure qualification de la livraison et une optimisation de la recherche d’informations grâce au site de consultation. Nos équipes ont pu consacrer ce temps ainsi libéré au suivi commercial, au contact client, etc. Par ailleurs, durant le transfert de marchandises, les responsables de la division peuvent être contactés par mail ou SMS en cas d’anomalie, ce qui nous permet de réagir immédiatement et de résoudre le problème, peut-être même avant que le client ne s’en soit rendu compte.


SCM : Comment avez-vous choisi cet outil ? J-C. O. : Nous avons contacté


trois entreprises et nous avons sélectionné l’offre de Neopost Shipping, car non seulement elle était utile au service après-vente, mais elle était aussi déclinable jusqu’à nos clients. Désormais, il leur est en effet possible de suivre leur commande jusqu’à la livraison, directement depuis le site web de Continental. Même si cette rubrique est gérée par Neopost Shipping, le graphisme reste celui de Continental et nos clients gardent ainsi leurs repères.


SCM : Quels développements imaginez-vous avec cette solution ? J-C. O. : Nous envisageons de faciliter le processus de suivi jusqu’à la gestion des litiges, ce qui nous permettrait également de gagner du temps sur cette partie-là. Nous souhaiterions aussi utiliser l’outil


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104