search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
MANAGEMENT P R O F ’ I L S


Thierry Allègre,


Président du Club Déméter « La mixité est importante »


Thierry Allègre, Directeur support aux opérations chez Martin Brower France, est Président du club Déméter depuis le début de l’année. Diplômé en transport et logis- tique, il a effectué toute sa carrière en prestation logistique.


Supply Chain Magazine : Comment s’est déroulé votre parcours dans la prestation logistique ? Thierry Allègre : Après un DUT transport et logistique à Quimper, je suis engagé en 1988 par un messager, TD Express, pour coordonner les fl ux dans l’agence du Sentier. En parallèle, j’étudie à l’Ecole Supérieure des Transports (EST), dont je sors diplômé en 1991. J’effectue alors mon ser- vice militaire en VSNE en Alle- magne chez


Prost Transports,


racheté par UPS, près de Düssel- dorf. Puis je rejoins pour 5 ans, LR Services, partenaire logistique de McDonald’s, où je gravis les échelons pour diriger l’agence de Nancy. Je pars en 1998 chez Tra- dimar, spécialiste des produits de la mer du groupe Stef. De 1999 à 2001, je travaille au sein du réseau européen dans une entre- prise danoise à Padborg, plaque tournante du marché du pois- son. Ensuite, le britannique Exel m’embauche pour diriger un site de produits de bazar pour le compte d’Auchan. Rappelé par LR Services en 2002, j’y deviens Directeur Régional avant d’occu- per un poste méthodes et projets puis de direction au sein de l’ac- tivité transport.


d’ère, les fl ux d’information accompagnent les fl ux phy- siques grâce aux liens entre les différents SI. Les exi- gences sont très fortes en termes de sécurité, de service et de qualité d’information. Aujourd’hui, les frontières de l’automatisation et de la robotisation sur les routes et en entrepôt sont repoussées. C’est la prochaine révolution. A nous de réfl échir à comment l’intégrer dans nos schémas logistiques.


du club Déméter repose sur la collaboration interentreprises à travers les groupes de travail et les expérimentations innovantes ».


« La valeur ajoutée


SCMag : Qu’est-ce qui vous passionne dans votre métier ? T.A. : C’est l’intelligence collective qui aboutit à une orga- nisation Supply Chain dont le niveau de service ne cesse d’augmenter, en apportant de nouveaux services. A présent, le visage complexe de la Supply Chain est dévoilé, et son image se transforme positivement.


SCMag : Quels sont vos objectifs en tant que Président du Club Déméter ? T.A. : Le Club Déméter Envi- ronnement et Logistique, dont je faisais partie depuis 10 ans, avant d’en devenir Président pour 3 ans début 2017, ras- semble distributeurs, industriels et prestataires logistiques. Notre valeur ajoutée repose sur la col- laboration interentreprises à tra- vers les groupes de travail et les expérimentations innovantes. Je vais renforcer les liens entre entreprises et continuer à ali- menter la boîte à idées.


SCMag : Comment atteignez-vous votre poste actuel de Directeur des Opérations ? T.A. : Après le rachat en 2012 de LR Services par Martin Brower, partenaire logistique mondial de McDonald’s, je deviens en 2014 Directeur Support aux Opérations. Je dirige les services qualité, environnement, technique et excellence opérationnelle. Martin Brower repose sur une Supply Chain étendue nécessitant un pilotage global et un très haut niveau d’exigence, dans un esprit d’amélioration continue.


SCMag: Quelle est votre vision de la Supply Chain ? T.A. : Depuis 10 ans, l’importance des systèmes d’infor- mation (SI) s’accroît en Supply Chain. Nous avons changé


98 N°115  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - JUIN 2017


SCMag : Quel regard portez-vous sur l’égalité professionnelle femme-homme ?


T.A. : Le taux de féminisation est traditionnellement faible en transport logistique, notamment dans les métiers du froid. Martin Brower France est passé de 25 % de femmes à 60 % parmi les jeunes en apprentissage et en contrat de professionnalisation. La mixité est impor- tante, que ce soit en termes de sexe, d’origine sociale, de niveau d’études et d’âge. En tant que recruteur, quand j’ai un poste à pourvoir, je ne me pose pas la question du sexe ; je sélectionne la personne la plus intéressante pour le poste.  PROPOS RECUEILLIS PAR CHRISTINE CALAIS


©DR


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118