search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
FM Logistic a porté son site de Marolles-sur-Seine de 12.000 à 24.000 m² pour y accueillir Lidl.


vers un positionnement de supermarché de proximité. Il y a 3 ans, Lidl France a d’ailleurs initié une vaste réorganisa- tion de son schéma logistique autour de 25 plates-formes, dont beaucoup construites clés-en-main à grand ren- fort de dizaines de M€ d’investissement chacune. Un programme qui court jusqu’en 2020.


Le choix de l’externalisation L’ampleur des moyens déployés sur le cœur de métier justifie le choix de s’ap- puyer sur les sites de prestataires pour ce volet reverse. Afin d’accueillir le dis- tributeur sur un site dédié, FM Logistic a doublé son entrepôt du sud-est de l’Ile- de-France, passé de 12.000 à 24.000 m². Une cellule y est consacrée à la réception et au tri des marchandises, avant leur mise en stock dans 3 autres cellules qui totalisent une capacité de 30.000 empla- cements palettes. Lors de notre visite, les entrées/sorties représentaient plusieurs centaines de palettes par jour, pour une soixantaine de camions en réception par semaine, et une quarantaine en expédi- tion, selon Sophie Queney, Directrice de cette plate-forme FM Logistic depuis le démarrage du projet à l’automne 2015. Les différentes équipes sous sa respon- sabilité dépassent les 120 personnes. En pratique, la 1ère


étape-clé du process


relève des dépoteurs, qui extraient l’en- semble du contenu de chaque palette pour en recouper physiquement le contenu avec les listes transmises au préalable en EDI par les magasins. Le scan des étiquettes de colisage et des codes-barres


des articles est assorti


d’un système d’appairage qui assure la traçabilité de chaque produit, sachant que c’est au moment de leur injection dans l’un ou l’autre des process que se déclenche le remboursement des maga- sins. « Il intervient environ une semaine après le renvoi des produits, contre plu- sieurs semaines quand ces opérations étaient réalisées en interne », fait valoir Emmanuel Solofrizzo, pour souligner l’amélioration du niveau de services découlant de la nouvelle formule.


Des process plus fiables et plus efficaces


En fonction de l’état constaté par l’opérateur et de la taille déjà para- métrée dans le système, les articles


Tri petits produits


Déchargement


Camions plombés : les marchandises sont encore la propriété des magasins, une étiquette bleue indique leur provenance ainsi que la campagne commerciale dont elles sont issues.


Tri sur table : le contrôle des produits réceptionnés permet de recouper le listing transmis en EDI


Put-to-Light : faute de pouvoir être injectés directement dans le trieur, les


produits trop petits, trop fragiles ou trop légers sont regroupés dans 36 bacs via un système Put-to-Light.


sont orientés vers des flux différents. Ceux qui sont mal emballés ou abîmés sont identifiés et seront soit recondi- tionnés et réétiquetés, soit définitive- ment écartés du circuit de vente. Les plus volumineux sont dirigés vers une zone où le traitement reste essen- tiellement manuel, faute de pouvoir passer par le vaste trieur Dematic ins- tallé courant 2016 (limité à 60 x 40 x 40 cm). Les plus petits, trop fragiles ou trop légers comme les paires de bas, y seront injectés dans des bacs plas- tiques dans lesquels ils sont répartis


étape-clé repose sur le trieur en cross-belt avec ses 154 gares, qui affiche une capacité de traitement de 10.000 articles à l’heure. Le WMS, fourni par Hardis et enrichi de données commerciales en provenance des SI de Lidl France, répartit en dynamique les articles entre les gares en constituant des ensembles cohérents en termes d’univers de produits et de prix (de 0,5 € à 50 €). A charge ensuite pour les pré-


via un système en Put-to-Light. Enfin les autres sont injectés tels quels sur les convoyeurs. La 2e


JUIN 2017 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  N°115 35


©M.RABILLER


©M.RABILLER


©M.RABILLER


©FM LOGISTIC


©M.RABILLER


©M.RABILLER


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118