search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
ou 1997, les opérateurs (on ne disait plus maga- sinier) ressemblaient à des hommes grenouilles, avec une grosse ceinture. Les équipements coû- taient entre 35.000 FF et 40.000 FF pièce (divisé par 5 aujourd’hui) et il fallait enfiler des vestes anti transpiration tellement c’était lourd à porter.


SCMag : Comment s’est déroulé le passage à l’ère du multicanal ? J-P.G. : Il est arrivé entre 1998 et 2000. Ça a été la grande époque de transition. Tout le monde se cherchait, imaginait de nouveaux processus dans un même entrepôt, le matin préparation pour les magasins et l’après-midi pour l’e-commerce. Les difficultés sont vite apparues avec la bulle Inter- net. Beaucoup d’entreprises voulaient vendre des produits sur le web n’importe quand, n’importe comment, sans avoir connaissance du coût réel de la logistique et du transport. C’est une des rai- sons majeures du taux d’échec des start-ups qui se sont créées à cette époque et ont instantané- ment brûlé leurs marges. La bascule a été telle- ment rapide qu’il n’était pas rare dans certaines entreprises multicanal de confondre la prépara- tion d’un produit unitaire avec celle d’un carton de 10. Il fallait trouver des solutions : il n’était pas économiquement envisageable d’aller chercher 50 fois la même pièce, il fallait faire une ramasse globale, on le faisait déjà dans le frais, mais au colis et pas avec des dizaines de milliers de points de livraison. La Redoute, Daxxon, les 3 Suisses ont mis en place des trieurs, mais avec des coûts d’investissement énormes, inaccessibles aux PME.


L’usage du chariot tri-directionnel (ici dans les années 80) a permis de densifier le stockage en travaillant en allées étroites.


Zone


de préparation de commandes par tris successifs chez Private Outlet


C’est à cette époque, quand j’ai créé la société L4 Epsilon, que les derniers grands processus ont été inventés en entrepôt, comme le tri successif pour l’e-commerce, qui s’inspire des méthodes de gestion des goulots d’étranglement dans la pro- duction automobile.


SCMag : Cette inventivité dans les processus, c’est fini aujourd’hui ? J-P.G. : Oui, je suis convaincu en effet que tous les process ont été inventés en entrepôt, et qu’au- jourd’hui, il n’y a que la technologie qui peut les faire progresser, le goods to man, la robotisation. Mais c’est avant tout dans l’organisation du tra- vail que l’on recherche les dernières sources de productivité, et dans l’analyse fine et rapide du portefeuille de commandes avant de lancer la pré- paration. C’est là-dessus que le monde de l’entre- pôt doit continuer d’évoluer.  PROPOS RECUEILLIS PAR JEAN-LUC ROGNON


MAI 2017 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  N°114 59


©C.POLGE


©STOW


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96