search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Années 80


Quand l’entrepôt s’ouvre au monde extérieur


C’est la décennie des gros bouleversements informatiques et de la montée en puis- sance de la grande distribution. En tant que maillon stratégique entre les fournis- seurs et les clients, l’entrepôt logistique devient un outil en évolution permanente, qu’il faut chercher à optimiser afin d’en maîtriser les coûts.


E


ncore balbutiante dans les années 70, la logistique commence à devenir bouillonnante d’idées au cours de la décennie suivante. Ce basculement spectaculaire provient en grande partie du secteur de la grande distribution, qui entame sa période dorée, dans un contexte de concurrence acharnée sur les prix et de maîtrise des coûts de distribution. « Quand on sait ce que ça coûte, on choisit Mammouth », clame en 1983 l’enseigne au pachyderme préhistorique. Et juste- ment, dans l’entrepôt aussi, on commence à savoir


tion, mais les lecteurs de codes- barres commencent à être utili- sés. Vers la fin des années 80, les échanges de données entre four- nisseurs et distributeurs, d’abord


par Minitel, ouvrent des perspectives à une ges- tion partagée des approvisionnements.


Professionnalisation de la logistique Ce n’est pas un hasard si c’est justement la période où les groupes de distribution créent des postes de « Directeur Logistique » (on ne parlera de Supply Chain que dans les années 90), chargés de mettre en place des organisations au niveau national et des systèmes de gestion informatique. Comprenant que le raccourcissement des délais de livraison et de réassort des magasins devient un enjeu straté- gique, les enseignes perçoivent bien l’avantage de se doter de bases régionales de 3.000 à 5.000 m2


.


Les industriels des PGC ne tardent pas à suivre. D’autres commencent à automatiser le stockage de leurs sites logistiques centraux, ou la prépara- tion de commandes de détail (début des systèmes à gares). On assiste également à l’émergence de l’externalisation de la logistique, notamment vers les entrepôts de distribution régionale de trans-


ce que ça coûte grâce à l’apparition de progiciels de gestion d’entrepôt. Outre Clé 128, fondée dans les années 70, beaucoup d’éditeurs de WMS voient le jour durant ces années-là, DL Consultant (Info- log) en 1983, Hardis (Reflex) en 1984, ou encore Oroumoff Informatique (WMS Gold) en 1986. A partir de mi-80, la micro-informatique va non seulement démocratiser l’emploi de ces logiciels en entrepôts, mais également en démultiplier l’usage à des fins d’optimisation, en permettant de se « libérer » des services informatiques centraux des entreprises. « C’est l’arrivée des WMS dont le socle est la gestion des emplacements. Les chefs d’équipe gèrent les mouvements et tiennent à jour les niveaux de stocks, tandis que les gestionnaires de stocks, au siège, cherchent à les optimiser », résume Jean Damiens, Directeur de l’E.S.T. L’outil, qui apporte rigueur et méthode, fait franchir un palier en matière de rationalisation des opérations. La radiofréquence n’a pas encore fait son appari-


56 N°114  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - MAI 2017


Entrepôt Krys, dans les années 80


©SYLEPS


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96