search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
L’ESSENTIEL Mes News


E2open fusionne avec Steelwedge L


a société américaine E2open a annoncé le 13 février la fusion avec son concurrent Steelwedge, éditeur californien de solutions de pla- nifi cation S&OP (Sales & Operations Planning) et IBP (Integrated Business Planning). « L’objectif d’E2open est d’être la plate-forme cloud à partir de laquelle les entreprises peuvent piloter les opérations de leur Supply Chain en temps réel. L’ajout des capacités S&OP élargit l’étendue des solutions que nous pouvons offrir à nos clients, et démultiplie leur valeur », a déclaré Michael Farlekas, CEO d’E2open. Cette fusion, d’ores-et-déjà actée et ayant pour résultat la disparition du nom Steelwedge, est selon lui la suite logique du développement d’E2open : « Lorsque nous avons acquis Terra


Michael Farlekas


Technology et Orchestro, nous sommes devenus la 1ère solution à lier les données des points de vente avec l’informatique cognitive et les algorith-


mes de demand sensing pour amélio- rer radicalement la précision des pré- visions. Ajouter la meilleure solution S&OP au monde à notre plate-forme signifi e pour E2open la capacité de fournir la solution la plus aboutie, que ce soit au niveau de la planifi cation de la demande, de la planifi cation sous contraintes des approvisionne-


SNCF Logistics entre dans le capital de BLS Cargo


S


NCF Logistics, branche logis- tique et transport de marchan- dises du groupe SNCF, prend une participation de 45 % dans BLS Cargo, l’opérateur suisse de trans- port de marchandises par les cor- ridors ferroviaires sur l’axe central européen Nord-Sud (qui traverse la Suisse). BLS SA en demeure le prin- cipal actionnaire à hauteur de 52 %, les 3 % restants étant toujours déte- nus par le groupe Ambrogio (IMT). Au plan international, SNCF Logistics possède déjà les entreprises Captrain Deutschland et Cap- train Italia. « Le groupe SNCF est un partenaire idéal, a déclaré Bernard Guillelmon, Président du conseil d’admi- nistration de BLS Cargo. Nous allons pouvoir continuer à développer le trafi c de marchandises à l’international sur le long terme. » De son côté, Sylvie Charles, DG du transport ferroviaire et multimodal de marchandises au sein de SNCF Logistics se félicite de cet accord : « Nous croyons beaucoup au potentiel de développement du cou- loir européen Nord-Sud, précise-elle. En renforçant la coo- pération entre BLS Cargo et nos entreprises Captrain, nous allons pouvoir construire des offres intégrées et optimisées pour les clients sur ce couloir ». Dans un communiqué, les 3 actionnaires soulignent qu’ils « soutiennent le modèle économique de BLS Cargo basé sur son indépendance et sa neutralité au service de tous les clients ». La structure de la société et le site de Berne sont maintenus.  JPG


Sylvie Charles 8 N°112  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - MARS 2017


ments et du planning fi nancier, pour permettre de conduire opérationnel- lement la Supply Chain en temps réel », reprend-il. Pour Steelwedge également, cette fusion ouvre de nou- veaux horizons : « Nos clients nous ont signifi é que nous focaliser seulement sur la planifi cation n’est pas suffi sant, ils veulent aussi avoir la capacité de mettre en œuvre opérationnellement ce qu’ils ont planifi é », commente Pervin- der Johar, CEO de Steelwedge. Créé en 2000, tout comme E2open, Steelwedge fournit une solution de planifi cation SaaS utilisée par de nombreuses socié- tés de renom dont Canon, Pfi zer, HP, Jaguar Land Rover, Lenovo, Nissan et Monsanto.  PM


Un logiciel pour gérer la logistique du point de vente


H


ardis Group lance « Refl ex In-Store Logistics », pour la gestion logistique des magasins. Cette nouvelle brique applicative permet de visualiser en temps réel les commandes en provenance du site e-commerce, d’optimiser la préparation de ces com- mandes et de voir les stocks actuels (ou à venir) du point de vente. Equipé d’un terminal mobile (tablette ou smartphone), le vendeur peut suivre les commandes réalisées sur le canal e-commerce. Pour celles qui impliquent un retrait en magasin, l’application affi che le degré d’urgence de traitement (retrait en 1 ou 2 h, ou moins urgent). Elle propose un chemin de prépa- ration de commandes optimisé pour prélever dans les rayons (voire dans la réserve) les produits com- mandés ou réservés par un ou plusieurs clients, afi n de les mettre à leur disposition à leur arrivée dans le magasin. A tout moment, le vendeur peut interrompre temporairement sa collecte, pour encaisser, conseiller un client, ou vérifi er la disponibilité d’un produit. En parallèle, l’application affi che des alertes en temps réel en cas de rupture, et offre la possibilité de consulter le stock sur la surface de vente et dans la réserve, ainsi que les quantités en cours de réapprovisionnement, assorties de leur date de disponibilité dans le magasin. Cet outil s’interface avec l’ensemble du système d’in- formation de l’entreprise : ERP, plate-forme e-com- merce, logiciel de caisse et gestion des points de vente, d’order management (OMS), de gestion de la relation client (CRM), de gestion d’entrepôts (WMS) ou encore du transport (TMS).  JPG


©JP.GUILLAUME


©E2OPEN


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120  |  Page 121  |  Page 122  |  Page 123  |  Page 124  |  Page 125  |  Page 126  |  Page 127  |  Page 128  |  Page 129  |  Page 130  |  Page 131  |  Page 132  |  Page 133  |  Page 134  |  Page 135  |  Page 136  |  Page 137  |  Page 138  |  Page 139  |  Page 140  |  Page 141  |  Page 142  |  Page 143  |  Page 144  |  Page 145  |  Page 146  |  Page 147  |  Page 148  |  Page 149  |  Page 150  |  Page 151  |  Page 152  |  Page 153  |  Page 154  |  Page 155  |  Page 156  |  Page 157  |  Page 158  |  Page 159  |  Page 160