search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Devoir de Vigilance


Contrainte supplémentaire ou opportunité pour les Supply Chain Managers ?


L’Assemblée nationale vient d’adopter le 30 novembre 2016 une loi relative au « devoir de vigi- lance ». Son objectif est d’identifi er et de prévenir les atteintes graves envers les droits humains et les libertés fondamentales, envers la santé et la sécurité des personnes ainsi qu’envers l’en- vironnement résultant de l’activité de l’entreprise, de ses sous-traitants et des fournisseurs avec lesquels l’entreprise entretient une relation commerciale.


C


oncrètement, il s’agit d’établir une cartographie des risques, de défi nir des procédures régulières d’éva- luation et des actions d’atténuation de ces mêmes risques, de mettre en place un mécanisme d’alerte en concertation avec les organisations syndicales et enfi n de prévoir un dispositif de suivi des mesures mises en œuvre et d’évaluation de leur effi cacité. Ce plan de vigilance devra être rendu public et inclus dans le rapport annuel. (graphique ci-contre)


Encore du reporting coûteux ! Et c’est parti pour une énième cartogra- phie des risques, qui mobilise de l’énergie à faire des évaluations approximatives pour un rapport qui a beaucoup de chance de rester dans un tiroir… Avec, comme pour sa propre assurance auto, la tentation de payer le moins possible, en espérant passer entre les gouttes d’un gros problème. Le risque d’amende de 10 M€ en cas de manquement à ces obligations devrait néanmoins forcer sa mise en œuvre. Il faut donc y aller !


Du fait de leur périmètre d’action, les Supply Chain Managers se doivent d’être complète- ment partie prenante dans la mise en œuvre de ce plan de vigilance. La direction des achats, l’audit interne, les équipes RSE et juridiques seront évidemment également mis à contri- bution. Mais pour éviter de n’y voir qu’une contrainte de reporting légal supplémentaire et bien y inclure une dimension métier forte, autant prendre le lead. Car derrière la protec-


tion de l’entreprise du risque de réputation, se cache un enjeu clé de stratégie de sourcing et d’évitement des ruptures d’approvisionnement soudaines.


Nicolas Desombre, Associé Mews Partners


nicolas.desombre@mews-partners.com 148 N°112  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - MARS 2017


L’enseignement de Reach L’histoire de ce devoir de vigilance ressemble d’ailleurs fortement à l’histoire du règlement européen Reach (Registration, Evaluation and Autorisation of CHemicals) qui avait été lancé en 2003. Reach avait pour objectif de mieux protéger l’environnement et la santé humaine de ses ressortissants contre les risques liés aux substances chimiques en rendant les entreprises utilisatrices en aval responsables de l’évaluation des risques résultant des utilisations auxquelles elles affectent les substances (en particulier les CMR : Cancérogène, Mutagène, Reprotoxique). Reach imposait donc aux entreprises de décla- rer les substances qu’elles employaient. Une autorisation d’utilisation n’était alors octroyée que pour une durée limitée et il était à terme indispensable de mettre en place une procédure


©MEWS PARTNERS


SOURCE : MEWS PARTNERS


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120  |  Page 121  |  Page 122  |  Page 123  |  Page 124  |  Page 125  |  Page 126  |  Page 127  |  Page 128  |  Page 129  |  Page 130  |  Page 131  |  Page 132  |  Page 133  |  Page 134  |  Page 135  |  Page 136  |  Page 137  |  Page 138  |  Page 139  |  Page 140  |  Page 141  |  Page 142  |  Page 143  |  Page 144  |  Page 145  |  Page 146  |  Page 147  |  Page 148  |  Page 149  |  Page 150  |  Page 151  |  Page 152  |  Page 153  |  Page 154  |  Page 155  |  Page 156  |  Page 157  |  Page 158  |  Page 159  |  Page 160