search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
RETOUR D’EXPÉRIENCE


Sous contrôle. Chaque colis est pesé pour garantir sa conformité, et le contrôle du gabarit permet de l’aiguiller vers la ligne d’emballage appropriée.


formance et permettant d’amener notre touche innovante sur le fonctionnel », se souvient Bertrand Faure, Directeur Commercial de la branche intralogis- tique de Fives. Quant à la contrainte de maintien de l’activité, assez courante mais rarement sur 100 % de l’installa- tion, elle allait exiger une préparation minutieuse et un séquençage rigoureux des interventions.


Les 3 propositions en lice étaient for- cément similaires sur l’implantation physique, mais Fives s’est distingué en proposant différentes options, tel le large recours au pick-to-light, avec plus de 550 affi cheurs implantés pour gagner en productivité et limiter pro- gressivement le recours aux bons de préparation papier. Sa proposition impliquait également 38 gares de préparation au long des 1,3 km de convoyeurs, avec des systèmes perfor- mants à chaque étape du process (voir le parcours en images. « Par ailleurs, un volet essentiel de l’appel d’offres portait sur l’organisation du chan- tier, sachant que nous avions réfl échi à son découpage, aux interventions à réaliser et aux profi ls de compétences à mobiliser », ajoute Nicolas Char- mat. Or Fives a joué le jeu en allant jusqu’à présenter les CV nominatifs de ses responsables projet et chantier, ou de ses experts électrique, mécanique ou informatique, en soulignant leur expérience des opérations sensibles. Un canevas auquel ce dernier s’est plutôt tenu, bien que le calendrier de déploiement ait été décalé jusqu’à l’été 2016, un peu moins intensif en termes d’activité, et compte-tenu du prolon- gement du principe de suramortisse-


52 N°112  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - MARS 2017


Optimisation du volume. L’une des fermeuses ajuste la hauteur du colis avant la pose de coiffe. A la clé : un gain de place pour le transport, moins de calage pour plus de stabilité des produits, et une grande solidité du carton.


ment. En pratique, plus d’une soixan- taine de personnes ont été impliquées côté fournisseur.


Plus d’intelligence dans le pilotage En préalable, Fives avait réalisé un audit technique poussé de l’existant, quitte à ouvrir chaque armoire élec- trique. Il était d’autant moins envi- sageable de couper le mauvais fi l le jour J que l’installation s’est déroulée en 7 week-ends successifs, chacun impliquant ensuite une cohabitation du neuf et de l’ancien. Et ce n’est qu’à la fi n que le WCS Trace de Fives a pris la main sur l’ensemble du process pour un pilotage effi cace. « Jusque-là, l’au- tomate de l’installation existante entre- tenait un lourd dialogue avec le WMS, mais avec une capacité de décision limitée, tenant du traitement logique. Le WCS assure un vrai traitement des données et permet une exploitation plus intelligente car il a une vision en temps réel de tout ce qui se passe sur la chaîne. Il permet de prévenir tout embouteillage à une gare de prépara- tion et d’éviter toute saturation de l’en- semble du process », explique Bertrand Faure. Il priorise aussi les départs de camion les plus pressants liés à l’éloi- gnement de certaines plates-formes, et permet de préparer dès l’expédition les


futures 150 tournées de livraison. La masse d’informations générées tout au long de la chaîne laisse encore augurer de futures pistes d’optimisation.


Performant… et moins bruyant Les gains de performance sont au ren- dez-vous, la solution pouvant traiter 1.200 colis/h, alors que la précédente avait vu sa capacité décliner à 750 ou 700 colis/h, avec des questions d’or- ganisation d’équipes à la clé. Et si la nouvelle ergonomie des postes de tra- vail est appréciée des opérateurs, c’est encore plus vrai de la réduction du bruit. La différence de décibels a même parfois induit en erreur Nicolas Char- mat, en lui laissant penser que l’activité avait été suspendue sur telle ou telle nouvelle portion du process. Certes, il a bien eu un peu d’appréhen- sion lors de certains redémarrages du lundi matin, après un week-end d’ins- tallation. Mais un scénario d’éventuels problèmes était chaque fois élaboré pour réagir au plus vite. Et le week- end de sécurité réservé en fi n de chan- tier n’a pas été utilisé. Fonctionnelle depuis le 16 août, l’installation a rapi- dement atteint sa vitesse de croisière, sans impact notable sur le service aux clients.  MAXIME RABILLER


©FIVES


©FIVES


©FIVES


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120  |  Page 121  |  Page 122  |  Page 123  |  Page 124  |  Page 125  |  Page 126  |  Page 127  |  Page 128  |  Page 129  |  Page 130  |  Page 131  |  Page 132  |  Page 133  |  Page 134  |  Page 135  |  Page 136  |  Page 137  |  Page 138  |  Page 139  |  Page 140  |  Page 141  |  Page 142  |  Page 143  |  Page 144  |  Page 145  |  Page 146  |  Page 147  |  Page 148  |  Page 149  |  Page 150  |  Page 151  |  Page 152  |  Page 153  |  Page 154  |  Page 155  |  Page 156  |  Page 157  |  Page 158  |  Page 159  |  Page 160