search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
se fait par catégorie : luxe, vintage, designer, montres, joaillerie... Les modérateurs peuvent demander une meilleure photo, faire des suggestions d’état (très bon, bon, état correct) ou de prix quand il paraît inadapté : « Un benchmark est fait avec les pro- duits similaires déjà vendus. Nous fai- sons jusqu’à 3 négociations et si rien n’aboutit, pas de dépôt au catalogue. Attention, sur certaines marques, la raréfaction de l’offre est telle que le prix d’un sac d’occasion peut être supérieur au prix du neuf ». Un pro- duit sur 3 est refusé, les autres sont ajoutés au catalogue, avec une réfé- rence unique. Les photos sont détou- rées par un prestataire en Inde.


étape, quand la vente est conclue, le vendeur a 21 j au maximum pour envoyer le produit à Vestiaire Collec- tive. L’acheteur sera remboursé si au bout de 30 j il n’a pas reçu son pro- duit. La vente génère automatique- ment un bon prépayé de transport contenant les informations du pro- duit. 98 % des produits sont envoyés au siège de l’entreprise, à Paris dans le 15e


… en 5 étapes 2e


arrondissement, 2 % dans la filiale


de New-York pour les ventes améri- caines. Vestiaire Collective reçoit une commission en pourcentage du prix par tranche tarifaire, dégressive. 3e


Didier réceptionne une combinaison Prada.


La modération ne conserve que 2 annonces sur 3.


étape, la réception des produits.


L’opérateur scanne le code-barres pour vérifier que les informations du bon correspondent à celles du sys- tème d’informations et au bien dans le colis. Les produits étant d’occasion, ils ont une référence unique. Farid Terbak, Directeur d’exploitation logis- tique, précise : « Nous recevons 1.800 à 2.000 articles/j, représentant une valeur de 700.000 à 800.000 €. La majorité des produits viennent d’abord de France, ensuite d’Italie. Il y a des différences culturelles : par exemple, les Allemandes soignent particulière- ment l’emballage. Depuis un an, nous disposons d’un convoyeur à bacs avec 5 postes de réception. Les emballages font l’objet d’un tri sélectif. » Le siège stocke les produits retour- nés (notamment les NPAI) au-dessus d’une valeur de 3.000 €, les autres étant stockés par SED Logistique à


Les hommes de l’ombre


Derrière des processus spécifiques de qualité se cachent une trentaine d’in- formaticiens. Ils sont répartis au siège parisien en plusieurs équipes, dont une dédiée aux applications mobiles, développant et maintenant l’infrastructure et diverses applications en France et à l’international. Les serveurs sont hébergés dans un datacenter, plus un site miroir. « Du fait de l’unicité de chaque produit, nous avons développé des outils sur mesure pour les clients, les modérateurs, la réception, le contrôle qualité, la réception », souligne Pierre Pailley, Responsable IT. L’application client permet de tenir la charge, sachant que 70.000 internautes peuvent consulter le site en même temps. L’outil de contrôle qualité permet de renseigner les défauts constatés sur le produit et de procéder aux négociations avec les acheteurs. Le logiciel d’expédition est connecté aux outils des transpor- teurs pour générer les étiquettes transport. Côté traçabilité, le produit est zoné pour savoir dans quel entrepôt et service il se trouve. La plus ancienne des applications utilisées a 4 ans et toutes évoluent en fonction des besoins des uti- lisateurs. Elles sont de plus en plus développées en méthode agile. Pierre Pailley lance un appel : « Je recrute des développeurs passionnés et curieux travaillant sur les technologies Web pour faire grandir mon équipe ! ».  CC


MARS 2017 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  N°112


45


©C.CALAIS


©C.CALAIS


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120  |  Page 121  |  Page 122  |  Page 123  |  Page 124  |  Page 125  |  Page 126  |  Page 127  |  Page 128  |  Page 129  |  Page 130  |  Page 131  |  Page 132  |  Page 133  |  Page 134  |  Page 135  |  Page 136  |  Page 137  |  Page 138  |  Page 139  |  Page 140  |  Page 141  |  Page 142  |  Page 143  |  Page 144  |  Page 145  |  Page 146  |  Page 147  |  Page 148  |  Page 149  |  Page 150  |  Page 151  |  Page 152  |  Page 153  |  Page 154  |  Page 155  |  Page 156  |  Page 157  |  Page 158  |  Page 159  |  Page 160