search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
MANAGEMENT


« Faire confi ance à ses salariés, véritables acteurs du changement, est une forme de reconnaissance »


DRH du groupe Identicar


Identicar, créé il y a 35 ans, est un club regroupant 800.000 automobilistes, qui propose des services visant à protéger ses adhérents et leurs véhi- cules. La société compte plus de 200 collaborateurs. 70 recrutements ont été effec- tués en 2016 et déjà une tren- taine de postes sont ouverts pour 2017. La moyenne d’âge est de 36 ans. Identicar innove, teste et aime fonctionner par « petits pas », en mode collaboratif. En 2014, l’ensemble des salariés a été


convié à des ateliers d’innovation afi n d’imaginer l’en- treprise de demain. Chaque trimestre, chaque service réalise sa feuille de route de façon collaborative. Pen- dant un an, des conseillers clientèle ont été détachés sur le projet du service client de demain, qu’ils ont baptisé le « Club à l’écoute ». « Faire confi ance à ses salariés, véritables acteurs du changement, est une forme de reconnaissance », se réjouit Servane Petit, DRH du


Mes news Ressources Humaines Kit pour agir contre le sexisme au travail


«


d’une sanction disciplinaire, de l’avertissement au licenciement. L’employeur peut être condamné à réparer le préjudice subi. 74 % des femmes non-cadres (contre 54 % des hommes) et 80 % des femmes cadres considèrent que les femmes sont régu- lièrement confrontées à des attitudes ou des décisions sexistes, selon 2 enquêtes du Conseil Supérieur de l’Égalité Professionnelle entre les femmes et les hommes (CSEP) de 2016 et 2013. Le « sexisme ordinaire » est entré dans le Code du travail sous le nom d’agissement sexiste en 2015. Selon l’article L. 1142-2-1, « nul ne doit subir d’agissement sexiste, défi ni comme tout agissement lié au sexe d’une personne, ayant pour objet ou pour effet de porter atteinte à sa dignité ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant. » La loi du 8 août 2016 a renforcé les disposi- tions interdisant tout agissement sexiste. Le CSEP a publié fi n 2016 un kit pour agir contre le sexisme au travail. Il contient une fi che juridique, des fi ches repères et 10 leviers d’action préconisés selon qu’on est victime, employeur ou représen- tant du personnel. L’employeur apprend comment affi cher son enga- gement à lutter contre le sexisme et adopter une conduite exemplaire, sensibiliser les salariés au problème du sexisme, prévenir, faire cesser,


A 132 N°112  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - MARS 2017


llez, c’est drôle, fais pas ta blonde ! », dit un homme quand sa collègue ne rit pas à sa blague sexiste. Il peut faire l’objet


et sanctionner tout agissement sexiste, veiller à la prise en charge des victimes, évaluer le climat social sur le sujet, inté- grer la question du sexisme dans le dia- logue social. La signature du kit via le


formulaire dédié permet aux employeurs d’être


valorisés dans la rubrique « entreprises engagées » du Ministère des Droits des Femmes. Parmi les premières entreprises signataires fi gurent Carrefour Market, le groupe Casino, Areva, Total, Veolia. Et bientôt la vôtre ?  CC


Experts, soyez infl uents ! Etre doué en communication et infl uent est essentiel pour le Sup- ply Chain Manager selon 89 % des 1.410 professionnels interrogés par l’étude « Futur de la Supply Chain 2016 » de la communauté de Gartner, SCM World. La connaissance des fonctions cœur (planifi er, sourcer, faire, délivrer) arrive juste derrière à 87 %, devant la stratégie business (87 %) et la conduite du changement (81 %). Ce quarté devance d’assez loin les compétences d’analyse (70 %), fi nancières (67 %), de déploiement des technologies (57 %), celles relatives au service client et aux ventes (50 %), et au développement et le lance- ment de produits (41 %).  CC


groupe Identicar. Un projet transverse en cours, baptisé Mowgli, rassemble une personne de chaque service sur la question « prendre du plaisir à travailler ensemble » ; les ateliers permettent de discuter des actions à mettre en place pour favoriser le bien-être de chacun. Identicar utilise de nombreux outils numériques. « L’entreprise utilise Skype, WhatsApp ou l’outil de travail collaboratif en temps réel Slack, mais nous ne sous-es- timons pas l’importance des relations directes entre col- laborateurs ». L’e-learning et les mooc restent complé- mentaires des conférences et formations en présentiel. Identicar teste actuellement un nouveau mode d’en- tretien annuel : « La parole est pleinement donnée au salarié qui s’évalue. Le manager pose des questions sur les fi ertés du collaborateur afi n qu’il prenne conscience de ses forces. Si le salarié a rencontré des diffi cultés, il détermine avec son manager les petits pas à faire pour agir différemment ».


Elle souligne qu’il faut être attentif à ce que les candi- dats au recrutement adhèrent à ce type de culture. Pour le Club à l’écoute, un nouvel outil avec des questions en ligne où les candidats se notent entre eux, donne lieu à une forme de recrutement collaboratif.  CC


Servane Petit,


©IDENTICAR


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120  |  Page 121  |  Page 122  |  Page 123  |  Page 124  |  Page 125  |  Page 126  |  Page 127  |  Page 128  |  Page 129  |  Page 130  |  Page 131  |  Page 132  |  Page 133  |  Page 134  |  Page 135  |  Page 136  |  Page 137  |  Page 138  |  Page 139  |  Page 140  |  Page 141  |  Page 142  |  Page 143  |  Page 144  |  Page 145  |  Page 146  |  Page 147  |  Page 148  |  Page 149  |  Page 150  |  Page 151  |  Page 152  |  Page 153  |  Page 154  |  Page 155  |  Page 156  |  Page 157  |  Page 158  |  Page 159  |  Page 160