search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Sylvaine Le Baron, « Co-création, audace, prise d’initiatives, conversation et expérience de travail » Vice-présidente RH de Talentsoft


Talentsoft, éditeur de logiciels RH compte plus de 500 salariés, dont près de 400 en France, à Boulogne-Billancourt et Nantes. 73 % d’entre eux sont de la génération Y, entre 21 et 37 ans. « Nos valeurs reposent sur la co-création, l’audace et la prise d’initiatives, la conver- sation et l’expérience de travail, indique Sylvaine Le Baron, Vice-pré- sidente RH de Talentsoft. Ce n’est pas une question d’âge, toutes les générations s’y retrouvent. » L’entreprise a naturellement adopté les codes de la culture numé- rique : pas de cravate, du tennis de table et du baby-foot pour les pauses. Cette façon de travailler « relax » a pour contrepartie des horaires tardifs quand il le faut. « Nos collaborateurs veulent participer et donner leur avis. Nous venons de déménager à Boulogne-Billancourt, occasion de repenser la façon de travailler au quotidien, en réfléchis- sant à divers points, comme la taille des open space. 15 ambassadeurs,


représentant nos équipes, se sont prononcés pour une cafétéria unique, « place du village ». »


La société utilise ses propres outils de gestion des ressources humaines. L’acquisition d’e-doceo spécialisé dans le digital learning mi-2016 a per- mis de faire le plein de contenus digitaux pour accélérer l’acquisition de connaissances, sous forme de vidéos, QCM, jeux... Les salariés ont droit à une journée de formation sur comment se comporter sur les réseaux sociaux externes, comme LinkedIn. Talentsoft utilise l’applica- tion Facebook pro, Workplace, pour créer des groupes de discussion : « l’appropriation a été virale. 80 % s’y rendent au moins 1 fois /j. » Talentsoft est présent dans 10 pays européens : « Le rapport au travail et à la hiérarchie varie selon les pays. L’Europe du Nord pousse à un management plus horizontal, le télétravail y est une demande forte et non négociable ».  CC


Les post-it de couleur restent en usage à l’ère digitale, comme ici chez Talentsoft, ou chez Identicar.


Christophe Poutiers,


« J’aime échanger des idées avec les start-ups, c’est gagnant-gagnant »


Directeur Supply Chain de Bazarchic


« Nous avons besoin dans les fonctions support de personnes dotées de la culture numé- rique, souligne Christophe Poutiers, Directeur Supply Chain de Bazarchic. Pour les digital natives, c’est plus naturel. Pour ma génération, c’est un acquis qui nécessite de sortir de sa zone de confort. Il ne faut pas tout prendre, mais picorer ce qui nous convient ». Il applique un management à tendance participative : si le Directeur est là pour don- ner l’élan et être suivi, tout le monde le tutoie et peut venir le voir. Il écoute. Ainsi une décision collégiale a fait terminer moins tard que prévu le soir la 2nde


équipe lors du pic


de Noël. Bazarchic est rentré dans le giron des Galeries Lafayette, qui compte bien sur l’e-commerçant pour développer sa culture numérique : « Ils vont prendre de petites façons de faire chez nous, comme un colis de livraison logoté qui offre une communication gratuite, à la place du colis anonyme pour limiter le risque de vol. Leur site Internet évo- luera, le nôtre aussi ». A la SITL, Christophe Poutiers sera présent au Start-up Contest, où de jeunes pousses viennent pitcher : « J’aime échanger des idées avec les start-ups, c’est gagnant-gagnant ».  CC


MARS 2017 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  N°112131


©BAZARDCHIC


©OLIVIER PASCAUD


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120  |  Page 121  |  Page 122  |  Page 123  |  Page 124  |  Page 125  |  Page 126  |  Page 127  |  Page 128  |  Page 129  |  Page 130  |  Page 131  |  Page 132  |  Page 133  |  Page 134  |  Page 135  |  Page 136  |  Page 137  |  Page 138  |  Page 139  |  Page 140  |  Page 141  |  Page 142  |  Page 143  |  Page 144  |  Page 145  |  Page 146  |  Page 147  |  Page 148  |  Page 149  |  Page 150  |  Page 151  |  Page 152  |  Page 153  |  Page 154  |  Page 155  |  Page 156  |  Page 157  |  Page 158  |  Page 159  |  Page 160