search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
LinkedIn (racheté par Microsoft pour plus de 26 Md$) ayant refusé son application fût condamnée en appel le 10 novembre 2016. Le site n’est plus accessible depuis le 17 novembre 2016. Apple et Google ont retiré LinkedIn de leurs catalogues d’applications.


Ainsi, les Etats comprenant les enjeux de demain, tendent à défendre leur souveraineté en matière de données personnelles.


Minimiser les risques de cyberattaques Comment s‘organiser de façon à minimiser le risque d’être victime d’attaques de cybercrimi- nels ? Les risques encourus sont : la destruction de données, les vols, l’indisponibilité du maté- riel informatique, la divulgation de fi chiers commerciaux et clients, de sous-traitants, du personnel, de coordonnées bancaires, de l’iden- tité de toutes les parties de la Supply Chain, de contrats commerciaux, de fi chiers des déten- teurs du capital, la perte de notoriété, de cré- dibilité, etc.


Comment assurer sa confi dentialité ? Dans ce contexte, l’entreprise devra se réorganiser et créer des zones et des moyens de contrôle :


1. Classifi er les différents degrés de confi den- tialité et établir des seuils d’accès aux infor- mations au sein de l’entreprise. Déterminer les enjeux à tous les niveaux de son organisation.


2. Donner la priorité à la formation des personnels intra et extra entreprise. Mise en œuvre des bonnes pratiques (Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information – Anssi-, Guide Hygiène informatique (www. ssi.gouv.fr), Sécurisation des données informa- tiques gratuit), de la sécurité informatique, des process de recrutement, d’une politique d’ac- quisition de Normes ISO, statut de l’O.E.A., etc.


3. Une vigilance quasi continue sur les diffé- rents points ci-après : - La nationalité du serveur, - La nationalité de l’hébergeur, - La nationalité de chacun des maillons de la chaîne des fournisseurs, - Quel est le droit reconnu dans ses conditions générales de vente ou d’achat ?


4. Une mise en réseau intra-entreprise des différentes fonctions susceptibles de neutra- liser toutes interventions. Il appartient à l’entreprise de produire, une analyse de risques, d’établir une veille permet- tant d’obtenir une sécurité juridique. Pour ce faire, il faut déterminer systématiquement : - la nationalité des opérateurs européens, - le lieu de l’archivage et du stockage des don- nées sensibles. Des solutions d’archivage et de stockage des données électroniques existent en France et dans l’U.E. Il appartient aux entre- prises de choisir au mieux de leurs intérêts et ce, sans aucune limite.


Information sur l’extraterritorialité de la législation américaine Le rapport parlementaire de P. Lellouche et K. Berger, le 5 octobre 2016, a fait état du développement des procédures initiées « en task force » par les différentes administrations américaines à l’encontre des fi liales de groupes étrangers établies sur le territoire. Exemple de mesure sur le blanchiment de l’argent : le Congrès a voté (2010) le Fatca (Foreign Account Tax Compliant Act) qui contraint les banques étrangères dans le monde entier, à livrer des informations nominatives sur leurs clients américains sans limite de territorialité. Verrouiller l’accès à l’entreprise aux éventuels intrus tel est le challenge. 


152 N°112  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - MARS 2017


©LEO LINTANE-FOTOLIA


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120  |  Page 121  |  Page 122  |  Page 123  |  Page 124  |  Page 125  |  Page 126  |  Page 127  |  Page 128  |  Page 129  |  Page 130  |  Page 131  |  Page 132  |  Page 133  |  Page 134  |  Page 135  |  Page 136  |  Page 137  |  Page 138  |  Page 139  |  Page 140  |  Page 141  |  Page 142  |  Page 143  |  Page 144  |  Page 145  |  Page 146  |  Page 147  |  Page 148  |  Page 149  |  Page 150  |  Page 151  |  Page 152  |  Page 153  |  Page 154  |  Page 155  |  Page 156  |  Page 157  |  Page 158  |  Page 159  |  Page 160