search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
nourrit de liens avec le Lab RH, asso- ciation qui réunit un écosystème de start-ups autour de l’innovation RH. Le Lab RH a la volonté forte de « faire des choses très sérieuses, sans se prendre au sérieux ». Il a « pour ambition et pour souhait de devenir le pôle mon- dial privé de compétitivité pour l’inno- vation RH et l’intelligence collective ». Ses objectifs sont de « faciliter l’accès à l’emploi, dynamiser la croissance et favoriser le bonheur au travail. »


Modifier l’ADN de l’entreprise Le modèle est applicable à la Supply Chain, en l’adaptant à la culture de votre entreprise. « On ne développe jamais assez la culture numérique, qui repose sur l’instantanéité, la collabo- ration et la transparence », explique Christophe Poutiers, Directeur Sup- ply Chain du site de ventes privées Bazarchic. Les méthodes agiles de gestion de projet sont fondées sur la collaboration, l’équipe et l’acceptation du changement. A l’origine utilisées pour les développements d’applica- tions, elles tendent à se diffuser dans les pratiques managériales au sein d’autres fonctions de l’entreprise. Ces méthodes reposent sur des tests itéra- tifs, simples, pour avancer. Alors pour- quoi ne pas les tester, elles qui sont aussi de nouveaux moyens de penser l’entreprise et son organisation ?


Chez Talentsoft, quand on discute, le laptop reste à portée de clic


Isabelle Brétillon, Associée d’Aktao, cabinet de conseil en management et transformation de l’entreprise, pré- vient : « Promouvoir la culture numé- rique dans l’entreprise, c’est modifier l’ADN de l’entreprise pour survivre. Notre cabinet, créé en 2005, s’est lui- même transformé pour s’adapter à la nouvelle donne. Aujourd’hui, les digi- tal natives pensent toute la chaîne de valeur sous une logique digitale. Aussi toute entreprise doit intégrer cette culture du partage de l’information, de l’immédiateté et de la transparence. Cela demande de la maîtrise, mais pas du contrôle pur et dur. Le change- ment s’accélère, nécessitant une bonne capacité d’adaptation. »


Changer soi-même


et avoir confiance en l’autre Sylvie Chauvin, Fondatrice du cabi- net d’expertise RH Liber’H, explique :


« La volonté doit venir de la direction générale, éventuellement soutenue par une direction de l’innovation, pas de l’usage d’outils collaboratifs Il faut donner du sens pour changer le com- portement des gens et bannir les « 5C : c’est con, mais c’est comme ça, on a toujours fait comme ça ». L’enjeu du numérique, c’est de produire moins de chefs-d’œuvre, mais plus d’œuvres plus rapidement à travers la collabo- ration de petites équipes autonomes. Le pouvoir est donné au salarié. Res- ponsabilisé, il prend plaisir à son tra- vail. Cela ne fonctionne que s’il existe une relation de confiance, qui passe par l’écoute, l’empathie, la bienveil- lance, l’acceptation du droit à l’erreur et le feedback. Le manager est surtout là pour retirer les petits cailloux dans les chaussures. Le mentoring inversé fonctionne : les jeunes coachent leurs aînés sur les outils digitaux mais les


MARS 2017 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  N°112129


©OLIVIER PASCAUD


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120  |  Page 121  |  Page 122  |  Page 123  |  Page 124  |  Page 125  |  Page 126  |  Page 127  |  Page 128  |  Page 129  |  Page 130  |  Page 131  |  Page 132  |  Page 133  |  Page 134  |  Page 135  |  Page 136  |  Page 137  |  Page 138  |  Page 139  |  Page 140  |  Page 141  |  Page 142  |  Page 143  |  Page 144  |  Page 145  |  Page 146  |  Page 147  |  Page 148  |  Page 149  |  Page 150  |  Page 151  |  Page 152  |  Page 153  |  Page 154  |  Page 155  |  Page 156  |  Page 157  |  Page 158  |  Page 159  |  Page 160