search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
RETOUR D’EXPÉRIENCE


ça n’était pas tiré par la demande du tout, admet-elle. Lorsque nous suppri- mions un produit, nous avions parfois 3 mois de stock. Ça ne pouvait plus durer ».


Des besoins particuliers C’est courant 2010 que l’équipe S&OP (qui n’en était pas encore offi ciellement une), menée par Stephanie Grothe, a décidé de se doter d’un outil à même de remettre de l’ordre dans son pro- cess et d’établir des prévisions dignes de ce nom. « Nous avons entendu par- ler de Logility lors d’un séminaire à New York », se souvient Mallery Dos- dall. S’en est suivi est benchmarking complet des outils du marché, lequel a abouti à une conclusion sans équi- voque : seul Logility Voyager était capable de répondre à leurs exigences. « Nous avions besoin d’un outil capable d’analyser les données de multiples façons : par type de cuir, type d’iso- lation, étanchéité, bien sûr par famille de produits, et par taille. La chaussure est tout sauf taille unique. Il existe dif- férents types de pieds selon les mar- chés, donc pour une taille donnée nous proposons des modèles de différentes largeurs », explique Mallery Dosdall. Les prévisions sont donc détaillées au niveau SKU (référence/taille/largeur) et doivent prendre en compte la saisonna- lité. « Logility nous permet d’ajuster les prévisions en temps réel et au niveau des SKU. Il peut également déplacer la production d’un site à l’autre en temps réel et sans intervention humaine. Nous n’avons tout simple- ment pas trouvé d’autre solution aussi pointue à l’époque », reprend-elle.


L’heure du changement Les 2 prévisionnistes se sont alors atte- lées à la lourde tâche de convaincre le top management d’investir une somme conséquente dans cette solu- tion miracle. « C’était à l’époque l’un des plus gros investissements technolo- giques que nous ayons réalisé, souligne Mallery Dosdall, mais les choses sont allées rapidement, du moins à l’échelle de Red Wing Shoes. » En effet, en raison du départ en congé maternité de sa col- lègue et du départ en retraite du CFO, la décision d’implémenter Logility a été prise en 9 mois « seulement », soit en


42 N°112  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - MARS 2017


2011. « Le nouveau CFO et le top mana- gement ont tout de suite saisi l’intérêt de nous doter d’un réel outil de prévi- sions/planifi cation, se rappelle-t-elle. Ensuite, il nous a fallu 9 mois de plus pour déployer Logility. Ce délai consé- quent tient au fait que nous pensions savoir où nous allions et ce que nous voulions, mais Logility a su challen- ger notre raisonnement ». « Red Wing Shoes qui pensait avoir seulement besoin d’un outil de planifi cation pour faire de meilleures prévisions, s’est vite rendu compte qu’il lui fallait également mieux gérer ses stocks, relate Karin Bursa, EVP Marketing chez Logility, le projet s’est donc mué en une refonte du processus S&OP. » Le « go live » a fi na- lement eu lieu en 2012.


Place au SIOP L’arrivée de Logility a donc été l’occa- sion de revoir en profondeur le pro- cessus S&OP qui est devenu SIOP pour Sales Inventory Operations Planning. « Il y a 6 ans, les prévisions étaient établies par l’équipe Product Develop- ment. Elles étaient biaisées en faveur des nouveaux produits et leurs créa- teurs ne discernaient pas le potentiel de cannibalisation entre les produits, ce qui entrainait toute sortes de pro- blèmes, notamment au niveau des stocks, explique Mallery Dosdall. Le S&OP doit être indépendant et c’est le cas aujourd’hui. Le processus est désormais sous la responsabilité de l’équipe Business Services, un terrain neutre qui rassemble les différents services au sein de la société et qui est centré sur le client. Quand nous


ne parvenons pas à un accord, nous repensons au client et décidons en fonction de ce qui sera le mieux pour lui. » Il ne reste alors plus au mana- ger de chaque service qu’à parapher le plan SIOP pour lancer le processus, les confl its persistants étant de l’histoire ancienne. Un processus devenu nette- ment effi cace : « Etablir les prévisions nous prend moitié moins de temps qu’avant. Aujourd’hui nous analy- sons, nous gérons par exception, nous traitons l’avenir et nous avons plus de temps pour échanger avec nos par- tenaires », souligne Mallery Dosdall. Autre changement majeur, la mise en place d’une équipe de prévisionnistes en bonne et due forme, qui compte désormais 5 personnes.


Des gains sur toute la ligne La mise en oeuvre de Logility Voya- ger, plus exactement des modules Demand Planing, Inventory Plan- ning, Replenishment Planning et Lifecycle Planning, n’a pas tardé à porter ses fruits, le premier d’entre eux étant le plus surprenant : « J’ai réalisé que sur les 80 styles de pro- duits, un était absent des prévisions. Cela représente 80.000 paires, et nous l’ignorions totalement », avoue Mallery Dosdall. A présent, plus rien ne lui échappe. La collaboration est excellente entre les équipes et avec les partenaires, notamment les agents à l’étranger qui comprennent désormais comment on raisonne chez Red Wing. « Nous travaillons tous avec les mêmes données, c’est beaucoup plus simple. Notre performance financière est


©RED WING SHOES


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120  |  Page 121  |  Page 122  |  Page 123  |  Page 124  |  Page 125  |  Page 126  |  Page 127  |  Page 128  |  Page 129  |  Page 130  |  Page 131  |  Page 132  |  Page 133  |  Page 134  |  Page 135  |  Page 136  |  Page 137  |  Page 138  |  Page 139  |  Page 140  |  Page 141  |  Page 142  |  Page 143  |  Page 144  |  Page 145  |  Page 146  |  Page 147  |  Page 148  |  Page 149  |  Page 150  |  Page 151  |  Page 152  |  Page 153  |  Page 154  |  Page 155  |  Page 156  |  Page 157  |  Page 158  |  Page 159  |  Page 160