search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
aujourd’hui essentiellement basées sur des histo- riques. Ces start-ups ont pour nom Vekia, Clou- dera, Infor Predictix, Alteryx, Enterra Solutions, FusionOps, ou Tamr.


Réactivité aux changements


Comment expliquer cette déferlante de nouvelles offres sur les plates-bandes des APS, et surtout le fait que bon nombre d’entreprises examinent aujourd’hui d’assez près l’éventuel apport de ces nouveaux outils en lançant des POC (Proofs of Concept) ? Il semble que les 2 mots qui reviennent le plus souvent chez les responsables Supply Chain et les consultants interrogés sont réactivité et flexibilité. Réactivité dans un envi- ronnement mouvant, où les flux sont en perpé- tuelle évolution et dans lequel l’entreprise, dans le cadre de ses projets de transformation digitale notamment, peut décider rapidement de tester de nouveaux business models sur certaines catégo- ries de produits ou sur certains canaux de ventes (voir encadré Céline page 140). « Là où il com- mence à y avoir des lacunes au niveau des APS, c’est au niveau de la réactivité que l’on souhaite, et de leur capacité à faire face à l’accroissement très rapide du nombre et du type de données. Il y a une certaine inertie liée à l’ensemble des para- métrages et des process qui ont été installés dans


l’outil et qui fait que les temps de mise en œuvre de grands changements restent compris entre 6 mois et 1 an », fait remarquer Charles Turri, Associé du cabinet de conseil Mews Partners. « La force d’un APS est sa structure et la standardisation des outils qu’il procure. C’est aussi sa plus grande faiblesse. Face à l’évolution des besoins organisa- tionnels, produits ou marchés, celui-ci ne pourra plus répondre à vos besoins sans un cycle long de développements spécifiques, puis de tests », confirme Xavier Hubert, Manager chez Exeis Conseil. « Tout ne passe pas par des développe- ments informatiques, cela dépend grandement des APS. Chez Dynasys, si on veut ajouter une ligne de produits ou revoir une segmentation par exemple, il s’agit d’un paramétrage complètement standard. Par ailleurs, nous transférons nos compétences à nos clients pour qu’ils puissent eux-mêmes faire évoluer leur outil », se défend Arnaud Hédoux, Directeur Marketing chez Dynasys (groupe QAD).


Plutôt un complément qu’un remplacement « Je pense qu’on ne peut pas mettre tous les APS dans le même panier, mais certains atteignent leurs limites en matière de reporting, d’ergonomie, de flexibilité et de réponse aux besoins de simula- tion. C’est pour cette raison que les entreprises se tournent vers de nouveaux outils de visualisation


Charles Turri, Associé du cabinet de conseil Mews Partners


Xavier Hubert, Manager chez Exeis Conseil


Arnaud Hédoux, Directeur Marketing chez Dynasys


MARS 2017 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  N°112135


©DYNASYS


©MEWS PARTNERS


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120  |  Page 121  |  Page 122  |  Page 123  |  Page 124  |  Page 125  |  Page 126  |  Page 127  |  Page 128  |  Page 129  |  Page 130  |  Page 131  |  Page 132  |  Page 133  |  Page 134  |  Page 135  |  Page 136  |  Page 137  |  Page 138  |  Page 139  |  Page 140  |  Page 141  |  Page 142  |  Page 143  |  Page 144  |  Page 145  |  Page 146  |  Page 147  |  Page 148  |  Page 149  |  Page 150  |  Page 151  |  Page 152  |  Page 153  |  Page 154  |  Page 155  |  Page 156  |  Page 157  |  Page 158  |  Page 159  |  Page 160