This page contains a Flash digital edition of a book.
MANAGEMENT


sur 3 pieds : l’activité professionnelle, la famille et ses propres plaisirs per- sonnels. Le plus diffi cile est de respec- ter l’équilibre entre les 3.


J-M.A. : Quel est votre hobby pour gérer votre stress ? C.B. :


avec les équipes) et la conduite de projets (à court, moyen, long terme) est une dimension délicate à maîtriser lorsqu’on est Supply Chain Manager. On est véritablement écartelé entre ces 2 aspects de notre fonction qui demande cette double mobilisation. Et l’on s’aperçoit que plus l’activité globale est intense, plus l’opérationnel occupe de temps, surtout lorsqu’on est submergé par les réunions, les mails, le téléphone, à traiter naturellement en urgence ! On n’arrive plus à trou-


ver le temps pour réfl échir et se poser. J-M.A. : Quel serait votre conseil à un Supply Chain Manager qui aimerait suivre votre parcours ? C.B. : Sans hésitation, on doit toujours prendre du plaisir dans ce que l’on fait et n’accepter un travail que si l’on pense que l’on va s’épanouir. Le futur Supply Chain Manager doit aussi bien anticiper la culture de l’entreprise, qui doit être en phase avec sa personnalité et son projet. J’ajoute que la stabilité et la réussite dans la durée reposent


Mes news Ressources Humaines Watthealth... what else ?


H


ardis Group lance une solution de sport-santé connec- tée Business to Employees, Watthealth, qui organise des


challenges basés sur la marche entre équipes de collabora- teurs. L’entreprise équipe chaque participant d’une montre ou d’un bracelet connecté qui comptabilise le nombre de pas effectués par jour. Une app’ mobile suit les résultats indi- viduels et collectifs en temps réel. La « Watthealth Team » et l’ex-international de rugby Sébastien Chabal animent les challenges en changeant les règles du jeu au fi l de l’eau, en lançant des défi s collectifs ou individuels pour gagner des points supplémentaires. Chaque année, les entreprises ayant organisé un challenge interne pourront présenter une équipe lors de la fi nale interentreprises. L’Organisation Mondiale de la Santé recommande de marcher 10.000 pas/jour, soit 7,5 km. La moyenne nationale est de 5.000 pas. Watthealth s’adresse à tous les profi ls et poursuit plusieurs objectifs : sensibilisation à la pratique régulière d’une activité physique, team building et démocratisation de l’usage des objets connectés.  CC


Nicolas-Odet et Sébastien-Chabal


92 N°108  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - OCTOBRE 2016 95


Le sport, plusieurs fois par semaine, comme le tennis et la nata- tion, le ski l’hiver. Je passe du temps avec ma famille, mes proches, mes amis. Et j’ai également une passion d’enfant : les voitures de collection ! J’en possède 2 : une Mercedes 230 SL Pagode de 1964 et la voiture de mes rêves de gamin, une Citröen SM de 1972. Il ne me manque plus que le temps de les entretenir et de les faire rouler (rires) ! 


Propos


recueillis par Jean-Marc Abelous


Diecteur marketing Diagma


jmabelous@diagma.com


RSE, encore un effort


% des entreprises estiment que les enjeux de responsabilité sociétale des entreprises (RSE) vont devenir plus importants à l’avenir, selon


l’étude réalisée par Global Compact France, Havas Paris, CSA Research et L’Express auprès de 192 entreprises. Les domaines intégrant la RSE sont la gestion des ressources humaines (87 %), des installations (86 %), la com- munication (82 %), les achats (78 %) et le reporting annuel (76 %). Produc- tion et logistique sont moins citées (62 %). Les partenaires les plus impor- tants pour mener à bien une démarche de RSE sont les clients (76 %), les collaborateurs (73 %), devant les fournisseurs et sous-traitants (54 %, cités à 72 % dans le commerce et le transport, à 70 % dans l’industrie). Les gains déjà observés d’une démarche RSE sont en 1er


lieu les économies


d’énergie (60 %), le développement de nouveaux clients et de nouveaux produits ou services (respectivement 51 % et 47 %), devant les gains de productivité (30 %). Plus de 4/5 répondants estiment que la démarche RSE aura avant tout des impacts sur l’image de l’entreprise, sa pérennité à long terme, l’implication de ses salariés, sa différenciation et son innovation. Les principaux freins sont le manque de visibilité sur la création de valeur future, le manque de temps, les mentalités et les freins fi nanciers. 94 % estiment que leur entreprise a un rôle à jouer en ce qui concerne la place des femmes dans la société, les diffi cultés des jeunes à intégrer le marché de l’emploi (91 %), le chômage (81 %) et le changement climatique (79 %). On s’y met ?  CC


©DIAGMA ©DR


©DIAGMA


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120