This page contains a Flash digital edition of a book.
SOCIÉTÉ DU MOIS


Le maître des ondes sur ses terres aéroportuaires


Terminal 2E S


ur Roissy Charles-de-Gaulle, Orly ou le Bourget, le chef d’orchestre en matière de communications, c’est Hub One. Dans ses datacenters ultra-sécurisés, ses équipes veillent en permanence au bon fonctionnement et à la dis- ponibilité sans faille des infrastructures télécoms, que ce soit les réseaux fi laires de téléphonie et de données, les réseaux Wifi passagers et professionnel sur les plates-formes de traitement des bagages, dans les boutiques, sur le tarmac et les réseaux radio pour la sécurité, la logistique aéropor- tuaire, etc. Sur les écrans de la salle de supervision défi lent chaque jour près de 50.000 messages d’alarmes automatiques remontées par le réseau, avec des codes couleurs allant du bleu (sans conséquence) au rouge (incident sérieux). Toute alerte digne de ce nom fait l’objet d’une procédure qui doit conduire à sa résolution dans les plus brefs délais. Dans 99 % des cas, les incidents se traitent à distance, soit par débo- guage informatique, soit en dérivant les fl ux et en faisant en parallèle appel aux services de maintenance des constructeurs de matériel et des éditeurs de logiciels télécoms.


Le Wifi , indispensable à la logistique des bagages « Nous n’attendons pas la panne pour intervenir. Nous avons par exemple des sondes Wifi automatiques qui répliquent en permanence le comportement d’un utilisateur type pour détecter en avance de phase la moindre anomalie », souligne David Amiot, Directeur exploitation réseaux et systèmes chez Hub One. Les réseaux Wifi ont pris une importance capitale au sein de l’aéroport. Sur Roissy et Orly, un total d’environ 1.200 bornes ont été déployées pour les hot spots passagers, et


Trieur bagages


Avec ses bagages qui transitent entre de multiples points d’arrivée et de départ, une plate-forme aéroportuaire partage de nom- breux points communs avec une plate-forme logistique très étendue. A commencer par le réseau Wifi , l’un des grands savoir-faire d’Hub One.


près de 600 pour la partie professionnelle, en extérieur. Tout le circuit bagages est couvert par le réseau Wifi professionnel d’Hub One. Cela commence en sous-sol, par les systèmes de tri automatique comme celui du terminal 2E à Roissy CDG. Après enregistrement et passage aux rayons X, chaque valise, identifi ée par son étiquette code-barres, est placée sur une navette individuelle, puis injectée dans le trieur, dans une boucle d’attente. Bien que cette zone de tri soit 100 % automa- tisée, l’infrastructure de communication doit être opération- nelle pour les équipes de maintenance et en cas de situation de crise. Dès que l’avion est prêt à charger, les bagages cor- respondant au numéro de vol sortent automatiquement de la boucle d’attente. Des opérateurs les scannent et les chargent dans des conteneurs avions, des ULD (Unit Load Device) trac- tés en petit train jusqu’au tarmac. Durant cette opération, le code-barres de chaque bagage est appairé informatiquement à un ULD et au nom du passager qui l’a enregistré, de sorte que si ce dernier ne se présente pas à l’embarquement, le bagage puisse être retiré rapidement de la soute avant le décollage. C’est le principe de la « réconciliation bagage » mis en place depuis l’attentat de Lockerbie, en 1982. De fait, le réseau Wifi dédié doit avoir de très faibles temps de latence : en moins de 10 millisecondes, l’information doit avoir effectué


l’aller-re-


tour entre le PDA du bagagiste et le serveur de la compagnie aérienne pour l’acquittement.


Un double réseau « outdoor » Quant au tarmac, il a beau être une zone compliquée à couvrir en raison d’une très forte présence de masses métal- liques en mouvement, le réseau Wifi professionnel d’Hub One y est également largement utilisé. D’abord par le chef avion, qui a besoin de rester en contact avec son système d’informations pour orchestrer les interventions d’une dizaine de prestataires métier durant l’escale (déchargement des bagages, nettoyage, vidange des sanitaires, approvisionne- ments en tous genres, etc.). Un second réseau WiFi permet également de communiquer avec l’avion pour récupérer les données du vol, ou télécharger rapidement les données de maintenance ou des contenus multimédia pour les passagers. Chaque minute compte : l’objectif pour les compagnies aériennes est que l’avion reste le moins longtemps possible au sol.  JEAN-LUC ROGNON


76 N°108  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - OCTOBRE 2016


©HUB ONE


©JL.ROGNON


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120