This page contains a Flash digital edition of a book.
TABLE RONDE


digital. D’une part l’automatisation/ robotisation, avec des conséquences sociales importantes. « L’évolution actuelle des coûts des robots laisse penser que le point de basculement arrivera dans les prochaines années », note-t-il. Et d’autre part, le « machine learning ». « Vu l’aspect absolument bluffant qu’on arrive à obtenir avec des algorithmes auto-apprenants en matière de prévisions de ventes, on peut imaginer que cela va révolution- ner les usines et les Supply Chains d’ici 3 ans. Ce ne sera probablement pas aussi rapide, on continuera à faire du S&OP et des revues de schéma logistique, mais à long terme, c’est clairement une tendance ». Laurent Perea


insiste par ailleurs sur le défi


du « passage à l’échelle ». « Une fois que le business case est fait et qu’il est confi rmé par un POC, comment déployer la solution sur 300 usines, 5 continents, 70 centres de distribu- tion ? Tout le challenge est là ». Pour Fabrice Bonneau, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle la transformation digitale a été plus vite dans le grand public que dans l’industrie. « Dans le grand public, une fois que vous faites un POC, vous avez presque fi ni. Il suf- fi t de quelques milliers d’utilisateurs et vous gagnez de l’argent. L’approche bottom up dans l’industrie ne suffi t pas. Il faut passer à l’échelle et ça c’est compliqué car c’est toute l’entreprise qui doit utiliser la solution ».


La DRH aura du travail (elle…) Les impacts sociaux de la digitalisa- tion toucheront également certaines couches intermédiaires, selon Olivier


Dubouis. « Chez nos clients, dans les appros et les prévisions de ventes, de nombreux postes seront amenés à dis- paraître. Ceux qui font des analyses, cherchent des données et les vérifi ent. Les entreprises vont avoir besoin de gens plus qualifi és en amont qui vont être capables de concevoir les bons modèles, de choisir les bons outils… Mais le traitement au jour le jour va devenir de plus en plus automatisé ». « Le sujet des ressources et des com- pétences de nos clients est vraiment le gros enjeu, acquiesce, Filipe Tor- regrosa. Toutes ces technologies vont forcément apporter de la productivité, de l’amélioration, l’objectif étant que les managers passent plus de temps à prendre des décisions et à analyser plutôt qu’à construire leur analyse. Mais je pense surtout qu’il ne faut pas tomber dans le rôle de cost killer qui détruit parfois les organisations. Il y a une évolution RH très forte qui doit accompagner ces projets de trans- formation digitale chez nos clients, développer les nouvelles compétences. C’est une évidence. » Flavien Lamarque souligne qu’une autre fonction voit le digital comme une menace : c’est celle des DSI. « Ils avaient plutôt des habitudes de schéma directeur infor- matique sur des horizons assez longs de 3 ans très centrés sur l’ERP et désormais les métiers leur demandent d’avoir de l’agilité, de travailler sur de la veille techno et sur l’accessibilité, la cohérence et l’analyse des data ».


Enfi n du concret !


Qu’en est-il des missions concrètes ? « Nous sommes engagés dans de grands


Jean-François Michel, Associé Fondateur de Freelog Avec un effectif d’une cinquantaine de personnes, Freelog est basé à Paris et Toulouse mais aussi à l’international, en Chine, au Brésil et en Australie.


Sa dernière implantation concerne la France, à Lyon, avec la création d’un « lab » technologique spécialisé dans le traitement des données.


100 N°108  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - OCTOBRE 2016


Lionel Muller, Associé Fondateur de Kepler Consulting Historiquement spécialisé dans les achats (50 % de l’activité aujourd’hui), le cabinet Kepler et sa cinquantaine de consultants interviennent également dans 3 autres domaines : l’innovation, la Supply Chain et la production/lean. Avec 4 bureaux à Paris, aux Etats-Unis (Chicago), en Chine et en Inde.


programmes de transformation digitale dans l’automobile, en particulier avec Faurecia sur des sujets d’automatisa- tion, de Supply Chain, de traçabilité, de RFID, de solutions de reconnaissance visuelle et d’amélioration de la qualité. C’est probablement à ma connaissance une des entreprises les plus avan- cées dans son plan de déploiement à grande échelle du digital sur du mar- ché français », révèle Laurent Perea. De son côté Xavier-André Laly donne l’exemple d’un projet pilote développé sur Paris l’année dernière par Lasce avec des partenaires pour l’Armée : la digitalisation, via une application smartphone de la commandes, des effets d’habillement, avec des « DAC », des machines de distribution connec- tées accessibles 24h/24. « Ce qui est assez symptomatique dans cette affaire, c’est que le client fi nal a perçu une vraie valeur ajoutée, alors qu’on aurait pu craindre qu’il considère cela comme un service dégradé par rapport à celui rendu par un magasinier. Il y a en fait des économies très importantes derrière, le Supply Chain et les stocks sont beaucoup mieux pilotés, le tout avec une appli très robuste qui aura coûté quelques dizaines de K€, et des DAC en mode locatif ». Lionel Mul-


©C.POLGE


©C.POLGE


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120