This page contains a Flash digital edition of a book.
RETOUR D’EXPÉRIENCE


duits dans le monde. Nous avons réa- lisé cet outil en co-développement avec Futurmaster afi n que ses algorithmes répondent à notre problématique », révèle le Directeur de Programme SC. Démarré début 2013, l’outil a été mis en production mi-2015.


Créer un cercle vertueux « Cela fait un an que nous avons un retour d’expérience opérationnel », reprend Vincent Pomponne. Pierre Fabre Dermo-Cosmétique (PFDC) dis- pose à présent d’une vision au territoire à la semaine. Les fi liales savent donc à présent de manière hebdomadaire et non plus mensuelle quelles marchan- dises elles vont recevoir. Leurs stocks ont aussi baissé de 15 % et l’ensemble du programme a fait gagner 20 points de taux de services (passé de 60 % à 80 %). « Ce programme nous permet d’être beaucoup plus rapide dans nos réponses fi ables aux territoires, com- mente Vincent Pomponne. Le DRP nous aide à gérer la pénurie. Nous voulons aussi instaurer une logique de cercle vertueux autour du processus de prévisions pour privilégier ceux qui ont bien fait leur travail en leur servant les quantités promises, et ainsi instaurer la confi ance entre le central et les terri- toires. Ensuite, nous desservons le stock local par rapport au risque de rupture, puis nous donnons la priorité aux terri- toires livrés peu fréquemment. » PFDC dispose d’une mécanique d’analyse des promesses faites par rapport à ce qui peut être produit chaque semaine, avec « une roue crantée » qui fi ge certaines quantités. Par exemple, si la fi liale espa- gnole demande 1.000 unités et qu’il est possible d’en fabriquer 800, l’Espagne sera prioritaire pour 800 unités par


Vincent Pomponne, Directeur du Programme Supply Chain chez


Pierre Fabre Dermo-


Cosmétique


rapport à l’ensemble des besoins. Et si un pays arrive avec une demande en hausse, il ne sera pas prioritaire s’il ne l’a pas prévue 3 mois auparavant (un moyen d’éviter des prévisions suréva- luées au dernier moment). Pour res- pecter ce mode de fonctionnement, et s’efforcer de prévoir un trimestre à l’avance les quantités nécessaires, les territoires doivent avoir confi ance dans les engagements pris en central et ces derniers doivent les respecter. « Un atout de l’outil est aussi de pou- voir simuler rapidement (5 s. à 30 s.) une demande supplémentaire en l’en- trant dans l’algorithme et de voir son impact », complète notre interlocuteur.


Un déploiement méthodique et un big bang « Nous avons rapidement embarqué les fi liales dans notre projet lors du sémi- naire logistique qui se tient tous les 2 ans et qui vise à créer une com- munauté logistique monde », poursuit Vincent Pomponne. Puis Pierre Fabre a entrepris le redéveloppement de l’outil de prévisions de Futurmaster France, en vue de simplifi er sa gestion en adoptant une vision agrégée au produit géné- rique. Un pilote a été lancé en France qui représentait un fort enjeu d’amélio- ration. « A travers ce pilote, nous avons dû simplifi er des processus qui aupara- vant allaient très loin mais étaient trop compliqués pour être déployés rapide- ment sur 26 fi liales avec des niveaux de maturité inégaux », explique-t-il. Ensuite, un nouvel outil de prévisions et de DRP a été développé. La Suisse et la Grèce ont joué les


pilotes durant 3 mois


afi n d’apporter des ajuste- ments, de faire évoluer la solution puis de la valider. Un second séminaire logis- tique rassemblant les fi liales à Castres a


46 N°108  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - OCTOBRE 2016


été l’occasion de former les utilisateurs à Sofi (outil de prévision/ DRP local de FuturMaster) puis de le déployer par grappes de 4 à 5 fi liales tous les 3 mois. « Un processus de nettoyage des données – références codifi cations, historiques - est lancé en amont du déploiement. En M-1, les fi liales viennent à Paris pour être formées à l’outil prévisions/DRP. En M, l’équipe de projet et 4 Demand Pla- ners se déplacent dans les fi liales pour accompagner leur démarrage. Ensuite, les Demand Planers assurent un suivi rapproché durant 1 mois, voire 2 pour les fi liales les plus importantes et l’équipe support assure un soutien téléphonique continu et le contrôle du passage des étapes clés du processus (mise à jour des stocks, du transit…). Au bout de 2 mois, les fi liales sont autonomes et au bout de 4, elles entrent dans un processus d’amé- lioration continue », déroule Vincent Pomponne. L’outil de DRP monde quant à lui a été installé en big bang pour tous les territoires en juin 2015.


L’intégration du DDMRP « Globalement le retour des fi liales est très positif vis-à-vis de l’outil. Il accompagne la croissance de Pierre Fabre, qui est de 8 à 10 points par an, en améliorant le taux de service, tout en réduisant les stocks, les ruptures et les produits obsolètes », résume Vincent Pomponne qui liste 3 axes d’améliora- tion restants: étendre le PIC jusqu’aux fournisseurs, notamment pour garantir les capacités de leurs côtés lors des lan- cements de produits sur les territoires ; réduire les taux de rupture lors des lancements en gagnant en fl exibilité et introduire le fl ux tiré dans la SC « en couplant la mécanique Futurmas- ter avec DDMRP via le cabinet Agilea. Ce module est en cours de concep- tion pour les approvisionnements de la fi liale France. Replenishment + est en train d’être installé. Il génère des approvisionnements en fl ux tiré mais ses demandes restent sous contrôle des quotas déterminés par le DRP Monde », nous confi e Vincent Pomponne, qui se félicite de la relation de confi ance ins- taurée depuis des années avec Futur- master : Ils nous ont suivi jusqu’au bout, même si cela a été plus diffi cile que prévu, en assumant leur part de risque. Félicitations ! ».  CATHY POLGE


©PIERRE FABRE


©PIERRE FABRE


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118  |  Page 119  |  Page 120