This page contains a Flash digital edition of a book.
les plus favorables, sans prise en compte de toutes les externalités négatives (économiques, environnementales, fonctionnelles) qui y sont associées.


La nécessité pour les urbanistes de mieux intégrer la logistique Ceux qui « pensent » et « font » la ville – amé- nageurs et urbanistes – ne retiennent ainsi que très rarement la logistique comme critère de choix de grands principes. Cela se traduit par des arbitrages entre des projets concurrents qui par- ticipent pleinement au bon fonctionnement des villes (HLM, centre hospitalier, commerces) et dont la cause logistique ne sort que très rare- ment victorieuse. Les programmes urbains nou- veaux, comme toutes les réflexions conduites sur le devenir des friches urbaines, doivent donc mieux intégrer la composante logistique. Le pari effectué est de s'appuyer sur la mixité des fonc- tions en un même lieu pour limiter la partie investissement et convaincre les professionnels de l'intérêt d'un repositionnement plus proche de leurs clients, ainsi que les décideurs adminis- tratifs et politiques du bien-fondé de cette asso- ciation. Là-encore, la notion de mixité est centrale, encore faut-il qu'elle ne soit pas confrontée à des impossibilités administratives ou réglementaires, des obligations fiscales dis- criminantes qui favorisent alors l’exclusion de la fonction logistique.


La mixité fret/voyageur dans les transports collectifs répond aux nouveaux enjeux de mobilité. Au-delà de l’éloignement des équipements logis- tiques et de la distance d’approche qui en découle, ce sont les mauvaises conditions de cir- culation sur les radiales et voies pénétrantes rou- tières urbaines qui sont pénalisantes. En effet, les dysfonctionnements des Supply Chains urbaines ne commencent pas aux portes des villes mais au départ des entrepôts livreurs péri- phériques. Si le véhicule utilitaire est souvent stigmatisé, il ne représente que quelques pour- centages (moins de 10 %) du trafic constaté sur les grands axes de pénétration urbains. De nou- veaux rythmes de mobilité s’imposent et s’ac- compagnent d’un usage plus intensif et plus restrictif des infrastructures et des réseaux de transport urbain. La pratique des villes s’en trouve profondément modifiée. Parmi les moyens mis à la disposition de ceux qui partici- pent à l’animation des villes, les transports col- lectifs en sites guidés (tels que le métro et le tramway) s’affirment comme une opportunité, une composante potentiellement intéressante


dans la construction de nouveaux schémas de desserte pour les marchandises. Cet usage par- tagé des réseaux et des équipements de trans- ports collectifs pourrait être à la fois apporteur de nouvelles recettes pour les Autorités Organi- satrices de Transport Urbain (OATU) qui auront


Rame CargoTram à Dresde


obtenu la compétence « transport de marchan- dises » et justifier la création de nouvelles infra- structures de transports collectifs urbains.


Une nouvelle gouvernance pour penser la ville globalement L'observation des installations logistiques l’at- teste, laisser faire le marché n'est pas satisfaisant car c'est l'économique qui détermine pour l'es- sentiel les comportements. Les espaces logis- tiques urbains à implanter au cœur des villes ne joueront pleinement leur rôle que s’ils sont approvisionnés dans des conditions de perfor- mances économiques et fonctionnelles qui ne sauraient être obtenues sans un engagement des acteurs institutionnels. Ces derniers ont le pou- voir (et le devoir) d’encourager les opérateurs « vertueux » par un accompagnement réglemen- taire et des aides à l’installation. Cela créera certes une distorsion de concurrence, mais elle sera profitable à l’intérêt général et rendra plus acceptables les surcoûts induits par des schémas de desserte urbaine plus complexes à déployer. De ce point de vue, penser globalement la ville est alors la priorité. Il n’est en effet plus possible de travailler à l'échelle d'un quartier pour pro- poser un système urbain performant. La mise à disposition d'espaces et de vecteurs d’accès fia- bilisés pour la logistique doit être partie prenante de cette démarche. ■


Le Cret-Log est un centre de recherche en sciences de gestion d’Aix Marseille Université spécialisé en logistique et Supply Chain Management. www.cret-log.com


AVRIL 2013 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE ■ N°73 83


©VOLKSWAGEN


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88