This page contains a Flash digital edition of a book.
L’ESSENTIEL Ils Bougent.


Grégory Boulanger arrive chez Argon Grégory Boulanger rejoint Argon Consulting comme Directeur de la Practice Retail, aux côtés de Laurent de Bourmont, Directeur Associé de l’entreprise. « L’arrivée de Grégory correspond à une volonté de nous développer sur des problématiques nouvelles pour Argon concernant l’offre com- merciale : l’analyse des nouveaux concepts commerciaux, de la gestion du Pricing et des impacts du développement de l’omni- canal... », confie Yvan Salamon, Président. Avant de rejoin- dre ce cabinet, Grégory Boulanger était Senior Manager chez Kurt Salmon Associates dans les secteurs de la dis- tribution alimentaire et de la distribution spécialisée en France et en Europe. Son parcours lui a permis de déve- lopper une forte expertise en matière de construction de plans stratégiques (notamment sur des lancements d’acti- vité/nouveaux concepts et des entrées de marché), de schémas directeurs d’expansion commerciale et d’optimi- sation des assortiments/collections. ■ JPG


Didier Roux-Dessarps rejoint GSE Didier Roux-Dessarps entre chez GSE en tant que Directeur Marketing et Commer- cial de l’ensemble des activités et membre du Comité de Direction du Groupe. Ingénieur de formation et âgé de 52 ans, Didier Roux Dessarps a démarré sa vie professionnelle chez IBM et a passé l’es- sentiel de sa carrière dans le groupe Veolia où il a exercé la fonction de « Directeur


Commercial Industrie et Tertiaire » en tant que membre du Comité de Direction du groupe Dalkia. Le groupe GSE est le spécialiste européen du métier de Contrac- tant Général fondé sur la prise en charge complète de projets de construction (montage financier, choix du site, étude technique, conception/réalisation et service après- vente) et s’engage contractuellement sur le prix, le délai et la qualité de l’ouvrage .■ JPG


Reinhard Lange quitte K+N Group K+N Group annonce le départ de Reinhard Lange, DG du groupe depuis 2009, pour des raisons de santé. Il sera relevé de ses fonctions le 7 mai prochain, date de l’assemblée générale annuelle mais suivra le groupe en tant que Consultant jusqu’au 31 décembre 2013. En attendant son remplacement, une équipe de transition menée par le Karl Gernandt, Président de K+N International AG prendra à sa charge les tâches qu’il exerçait jusqu’ici, à commencer par le projet de rationalisation des structures régionales et des équipes de management. « Le Direc- teur Financier Gerard van Kesteren veillera à maintenir les orien- tations du groupe en termes de performance », précise par ailleurs un communiqué. ■ PM


Si vous avez des informations toutes fraîches contactez :


jph.guillaume@scmag.fr jean-luc.rognon@scmag.fr pierre.monceaux@scmag.fr


18 N°73 ■ SUPPLY CHAIN MAGAZINE - AVRIL 2013


L’ESSENTIEL Mes Sorties. 22/03/2013, Paris


e 22 mars dernier, Eurodecision et le Master Logistique de l’Université Paris Dauphine ont organisé, en parte- nariat avec Supply Chain Magazine, un après-midi de conférences sur le thème : « Comment vendre un projet de prévisions en interne ». Régis Bourbonnais, Directeur du Mas- ter Logistique de l’Université Paris Dauphine, a introduit le sujet en listant les principales réticences des acteurs concer- nés par un projet de prévisions : ROI incertain pour la Direction Générale ; peur du changement ou d’être remplacé par une machine pour les utilisateurs et indifférence ou crainte d’un surcroît de travail des autres fonctions. « Comment convaincre ? Avec beaucoup de pédagogie ! », résume-t-il. Benoît Rottembourg, Directeur Associé Pricing & Revenue Management


L Régis Bourbonnais,


chez Eurodecision, a préconisé une méthode basée sur des prototypes pour convaincre progressivement les acteurs de l’utilité d’un système de prévisions. « C’est une approche Stop & Go. Elle commence par un diagnostic de la qualité des don- nées, durant une vingtaine de jours. Si cette étape est validée, la suivante de 20 à 30 jours, est celle du prototypage off line (algorithmes éligibles, prévisions, etc.). Le Go sur cette étape donne accès à la phase 3 : celle du prototypage on line (spé- cification des besoins, réalisation de type Excel, co-forecast) pendant 10 à 20 jours. Enfin, si cette étape est OK, le projet peut se lancer dans une phase d’industrialisation, de deux à neuf mois, pouvant s’appuyer sur un logiciel maison, un pro- giciel, de la B.I. Analytics ou un durcissement du prototype sous Excel », détaille-t-il. Fort de son expérience de grands groupes, Philippe Morel, Consultant en opérations SC et ser- vices, s’est positionné davantage en stratège : « Il est fonda- mental de savoir dans quel contexte on se situe quand on lance un tel projet : Où agit la prévision en matière écono- mique ? Combien cela va rapporter par filière ? A qui je donne et à qui je prends ? », commence-t-il. Il recommande également de définir les attentes sur le livrable (Ajuster la politique de stock ? Planifier la production ? Assurer la dis- ponibilité produit ou une qualité de services ? Contribuer à améliorer un résultat commercial, de compte d’exploitation...). « Que gagne l’entreprise si on fait le projet mais aussi que se passe-t-il si on ne le fait pas ? », complète-t-il. Selon lui, il faut également être vigilant quant aux difficultés rencontrées (bien les identifier), aux secteurs et profils concernés (la com- préhension et l’acceptation variant en conséquence) ainsi qu’aux contraintes informatiques de mise en œuvre.


Des exemples variés


Aux préconisations des experts et consultants ont succédé des témoignages d’industriels. Ainsi, Sébastien Lemaire, Res- ponsable ligne de produit recherche opérationnelle chez Air France a mené un projet pour améliorer le coefficient de rem-


Des arguments pour


©P.MONCEAUX


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88