This page contains a Flash digital edition of a book.
DOSSIER Chariots élévateurs Les gammes Low Cost commercialisées par OMS, filiale d’Aprolis.


Frédéric Gueguen, Directeur


d’OMG France


Hervé Huyghe, Responsable Marketing produits de TMH France (Toyota Material Handling)


Manitou s’interdit de parler de Low Cost et défend le concept de « Cost for Value ». « C’est un produit fiable, compétitif, simple d’utilisation mais avec toutes les performances demandées, même dans la gestion de flottes importantes car on retrouve tous les éléments de conception de Manitou, ainsi que le savoir-faire et l’excellent taux de service de nos 1.400 concessionnaires dans le monde », insiste Jean-Pierre Guérand, Responsable Commercial pour le marché industriel chez Manitou. Citons enfin la création il y a deux ans de Baoli France, importateur exclusif de la marque chinoise Baoli, rachetée en 2010 par le groupe Kion (auquel appar- tiennent notamment les constructeurs de chariots « Premium » Fenwick-Linde et Still). Baoli France travaille actuellement à la mise en place d’un réseau de revendeurs indépendants, spécialisés dans la location, la vente et l’entretien de ses cha- riots élévateurs thermiques et électriques. Le lan- cement d’une gamme de chariots de magasinage serait également prévu cette année.


Johann Peyroulet, Directeur


Général Délégué de Manuloc


Plus simples mais moins engagés « Pour moi, les principales différences avec les chariots Premium se situent non pas dans la fia- bilité et la durée de vie des chariots mais dans les options de confort et d’ergonomie, les joysticks, l’aide à la conduite, l’électronique », énonce Lau- rent Guignard (Hangcha France). Résultat, de par la conception plus simple du chariot Low Cost, son coût d’entretien devrait être plus faible, du moins en théorie, car il évite la complexité liée à l’électronique embarquée. « Sauf que jusqu’à pré- sent, tous les chariots Low Cost en Europe prove- naient d’importateurs, sans que soit véritablement organisée une infrastructure en local, à la fois pour l’identification précise des pièces détachées, leur stockage et la formation des techniciens. Ce qui a fait qu’au final, le coût induit de l’entretien s’est avéré bien supérieur à ce qu’il aurait dû être », ana- lyse Johann Peyroulet, Directeur Général Délégué


56 N°73 ■ SUPPLY CHAIN MAGAZINE - AVRIL 2013


de Manuloc. Comme pour mieux souligner que cette période est révolue avec son offre « Utilev de Manuloc ». Cette simplicité du chariot Low Cost l’oriente naturellement vers des niveaux d’enga- gement moindres (de 300 à 800 ou 1.000 h/an) que ceux à quoi peuvent prétendre les chariots Premium (jusqu’à 3.000 h/an, qui équivaut au 5 x 8), dans des environnements difficiles, abra- sifs, poussiéreux. Ce qui ne signifie pas pour autant que la cible de clientèle ne se limite qu’à des PME. La segmentation se fait plutôt par type d’application. Celles qui nécessitent une disponi- bilité de tous les instants, l’immobilisation du chariot entraînant la paralysie de l’usine, ne sont clairement pas dans le collimateur du Low Cost, bien que certains constructeurs ou loueurs pro- posent un « mulet », un chariot de rechange prêt à l’emploi en cas de panne. En revanche, il peut exister aussi au sein des grandes flottes de cha- riots chez des logisticiens et les grands comptes des machines qui ne sont utilisées que quelques heures par jour pour des tâches subalternes. Dans ces cas-là, l’offre économique peut avoir un sens.


La disponibilité, fer de lance du Premium « La grande caractéristique du chariot Premium, c’est la disponibilité. C’est la première demande qui nous est faite, éviter tout arrêt du cycle de production ou de manutention, considère Chris- tian Sauzin, Directeur marketing de Fenwick- Linde. C’est non seulement un matériel conçu pour être le plus fiable possible, mais aussi un service de proximité associé avec une très grande densité, capable d’intervenir et de remettre en service très rapidement, avec plus de 2.500 techniciens par- tout en France en ce qui concerne Fenwick. » C’est un fait, cet engagement de disponibilité a un coût, de même que la possibilité de personnaliser son chariot en fonction de ses besoins. « Un chariot Toyota Premium a été pensé dès sa phase de déve- loppement, dans la conception de ses circuits


©MANULOC


©TOYOTA


©C.POLGE


©APROLIS


©TMH


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88