This page contains a Flash digital edition of a book.
TABLE RONDE Les participants


accompagné dans sept ou huit pays. « Nous avons mis en place l’ordonnan- cement de commandes, nous sommes en train de travailler sur le TMS et sur l’utilisation de la RFID chez eux », confie-t-elle.


Des clients autonomes


Henri Seroux, Directeur de Manhattan Associates France


Sans acquisitions ni fusion, Manhat- tan Associates, éditeur intégrateur américain de solutions de gestion et d’optimisation de la Supply Chain (2.500 collaborateurs) a connu l’année dernière une forte croissance de son CA (+40 M$ à 375 M$) et de ses effectifs mondiaux (+ 300 personnes). La filiale française compte un peu plus de 70 personnes, soit une vingtaine de plus en un an. Manhattan Associates vise tous les secteurs d’activités, pour des tailles d’entreprises plutôt moyennes ou grandes.


été considérable », souligne-t-il. Jean- Christophe Henry, lui, ne veut pas faire de jaloux. « Notre fierté, ce n’est pas une référence en particulier, c’est la fidélité de nos clients. Depuis qu’Infflux existe, nous avons signé 157 contrats et nous en avons encore 138 sous contrat de maintenance ». Même souci d’impartia- lité chez Bruno Barone qui préfère bot- ter en touche, contrairement à Agnès Vincendeau qui met en avant… la Fédé- ration Française de Football ! « Nous en sommes fiers parce que pour une fois, ce qui nous a permis je pense de faire la différence dans le choix du client, c’est la gestion des tailles coloris, une fonc- tionnalité que nous avions anticipée et intégrée dans le WMS ». Henri Seroux prend la balle au bond en rappelant que Manhattan Associates est « fier d’équi- per tous les entrepôts dans le monde aussi bien de Nike que d’Adidas », avant


78 N°73 ■ SUPPLY CHAIN MAGAZINE - AVRIL 2013


Agnès Vincendeau, Responsable du pôle Conseil chez BK Systèmes Avec près de 25 collaborateurs, l’édi- teur BK Systèmes, basé en région Rhône Alpes, enregistre un CA d’envi- ron 1,5 M€. Sa gamme de produits est essentiellement basée sur le WMS (Speed WMS) et le TMS. Historique- ment, l’éditeur est plutôt spécialisé petits et moyens entrepôts et met en avant l’adaptabilité de son WMS. Son activité export est en plein développe- ment, notamment en Afrique et aux Etats-Unis.


de citer finalement en exemple le projet 3 Suisses International, « une transfor- mation vraiment très complète du SI, connecté à 1.500 fournisseurs dans le monde, avec une visibilité en temps réel sur le tout le stock en transit et en cours de commande ». Pour Evelyne Raynaud, l’exemple même de la success story se nomme Vente Privée, qu’A-Sis a


Bruno Lacoste met en avant le contrat mondial signé avec DHL, notamment pour l’aspect projet, puisque « JDA a mis en œuvre une approche de verti- calisation du WMS Redprairie qui permet au prestataire d’adresser tous les marchés verticaux sur lesquels il intervient (retail, PGC, high tech, etc.) au travers d’un centre de compétences interne ». Gilbert Garcia ne peut se résoudre à choisir, alors il cite deux références. L’une est en Espagne, il s’agit du centre de distribution de pièces détachées de Caterpillar à Arganda del Rey, près de Madrid, qui a suivi trois générations du WMS Gil- das et d’équipements d’automatisation en l’espace de 18 ans. L’autre est en France, c’est le groupe Entremont, qui a démontré, en déployant lui-même sur sept sites dans l’Hexagone, que les outils de KLS donnaient de l’autono- mie au client. Le dernier à s’exprimer sur le sujet, Bernard Sauvage, cite d’abord Carrefour (180 sites WMS dans le monde) et Intermarché (un contrat pour 53 sites WMS en France, au Portugal et en Pologne, dont la négociation aura duré six ans) avant de finir sur un mystérieux contrat « très important » qu’il ne pourra pas nommer parce qu’en cours de signa- ture, mais qui porte sur la quasi-tota- lité du concept de flow control tower cher à Generix. Seul indice, cela se passe à 3.000 km à l’Est… Les paris sont ouverts. ■ JEAN-LUC ROGNON


Philippe Loiseau, Donal Mac Daid et Bruno Barone


©C.POLGE


©C.POLGE


©C.POLGE


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88