This page contains a Flash digital edition of a book.
MOROSITÉ AMBIANTE C


Carol Ptak présente le DDMRP o-auteure de la 3e édition


de l'ouvrage Orlicky's MRP et Associée du Demand Driven Institute, Carol Ptak a également exercé de hautes responsabilités chez Peo- plesoft et IBM, ainsi qu'à la pré- sidence de l'Apics. Invitée par Fapics, elle a tenu une confé- rence mardi 26 septembre au salon du Parc des Expositions de Villepinte pour présenter le concept novateur de DDMRP (Demand Driven Material Requi- rements Planning). « Dans le


Carol Ptak, CFPIM, CIRM, Jonah, CDDP


monde, les plannings et les scénarios d'appro- visionnements sont plus complexes que jamais, on ne peut plus prévoir l'avenir en regardant le passé, assène-t-elle. Pourtant, 79 % des ache- teurs d'ERP continuent de mettre en œuvre le MRP, un modèle créé dans les années 50, une époque où la demande était supérieure à l'offre, où les prix étaient en hausse… alors qu'au- jourd'hui, c'est le contraire et qu'avec l'e-com- merce, il faut pouvoir livrer partout. » Et de poursuivre son implacable réquisitoire en sept points : « L'input du MRP et du DRP est la prévision. On se focalise sur l'amélioration de la justesse des prévisions : ça ne marche jamais, mais on continue ! On agrège la demande à la maille semaine. Les composants de la nomen- clature sont tous dépendants. On recourt aux stocks de sécurité pour couvrir l'erreur de prévision. On gèle un hori- zon de production pour éviter de trop modifier l'ordon- nancement et la plupart des décisions sont prises à partir d'une performance mesurée au coût unitaire plutôt qu'en considérant l'agilité. Tout cela conduit à avoir une distri- bution bipolaire : trop de stock de produits inutiles et pas assez de produits nécessaires ! » Elle préconise des chan- gements radicaux. Déjà, il ne faut pas considérer la varia- bilité comme l'ennemi N°1 de la planification mais apprendre à planifier plus rapidement, sans aller pour autant jusqu'à une hyperréactivité que ne pourrait assumer la production. Les trois moyens de répondre à la variation sont les stocks, les délais et les capacités. Et d'évacuer des idées reçues : « Le DDMRP ne signifie pas que l'on va tout fabriquer à la commande, ni que l'on va simplement tirer les flux et encore moins que l'on va mettre des stocks par- tout. C'est développer une sensibilité aux changements de la demande client, puis adapter la planification et la pro- duction, tout en tirant les flux au niveau des fournisseurs


– le tout en temps réel ! » Ainsi, il faut détecter dans la chaîne de valeur le point de découplage et ajuster les moyens (stocks) pour absorber la variabilité à ce niveau. Et le DDMRP repose sur cinq fondamentaux : un positionnement stra- tégique des stocks, des niveaux et des profils de « tampons » absorbeurs de variabilité, des ajus- tements dynamiques, une planification tirée par la demande et une exécution visible et collabo- rative. La question de fond étant : « Où dois-je positionner mes stocks dans mon réseau, à quel nœud ? » Des sociétés comme Unilever, Carlisle, Le Tourneau Technologies, Oregon Freeze Dry... ont déjà adopté ce concept, présenté en Asie il y a deux ans. « Nous sommes très fiers de contribuer à apporter cette nouvelle idée en France », a déclaré Caroline Mondon, Prési- dente de Fapics, qui a également indiqué qu'une formation au DDMRP serait organisée à Paris grâce au cabinet Festo les 29,30 et 31 mai 2013. ■ CP Pour en savoir plus : www.fapics.org


Caroline Mondon, Présidente de Fapics


AVRIL 2013 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE ■ N°73 49


©C. POLGE


©C. POLGE


©C. POLGE


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88