This page contains a Flash digital edition of a book.
Exemples de produits fabriqués par LDSH.


veaux produits), la Gestion des Flux (de transport et des entrepôts externes) et enfin les Nouveaux Projets, le Développe- ment et l’Excellence Industrielle. Cette direction emploie une vingtaine de per- sonnes, allant de la relation fournisseurs à celle des clients en passant par l’interne. Cette structure SC existe telle qu’elle depuis près de cinq ans. « Nous avons une croissance de 10 % de nos volumes chaque année. Nous avons donc besoin de nouveaux moyens de stockage, de lignes de production… Avant, nous avions un mode de gestion court terme à trois semaines et nous réordonnancions nos lignes en permanence. Nous n’avions pas une vision suffisamment macro du pilotage de nos activités, et pas assez d’anticipation par rapport à nos besoins de sous-traitance, l’organisation des week-ends… », relève Christophe Bavais.


Des outils du marché jugés inadaptés Par ailleurs, compte-tenu de la stratégie de diversification produits menée depuis 1984, la gamme de produits fabriqués est très large (soupes, crèmes, jus de fruits…), avec des profils et des problé- matiquesspécifiques. « Nous avons com- mencé à construire par étapes. Nous voulions un PDP [ndlr : Plan Directeur de Production] souple et adaptable par rapport à notre activité qui comporte beaucoup de contraintes, notamment en termes d’approvisionnement et de date de péremption des produits », relate le Directeur SC de LSDH. Une consultation d’éditeurs d’APS est ainsi lancée (Dyna- sys et Futurmaster), ce qui aide l’équipe de projet à progresser dans ses réflexions. « Cela nous a confortés dans la nécessité de voir plus loin, mais nous a aussi convaincus que les outils proposés sur le marché ne correspondaient pas totale- ment à notre activité », résume Chris- tophe Bavais. Et Aymeric Jou, Chargé de projet chez LSDH d’ajouter : « Nous n’avons fait que du maquettage avec ces éditeurs mais nous avons senti qu’avec ces produits assez standards, nous avions du mal à modéliser nos activités ». Ainsi, par exemple, LSDH a deux ateliers : un pour les produits aseptiques et un pour les produits frais. L’atelier aseptique se divise en une activité Tetra Pak et Bou- teilles PET, lesquelles se subdivisent en divers formats de conditionnement


Ligne de fabrication « PET Aseptiques » Krone d’une capacité de 18.000 l/h.


Ligne de conditionnement des produits en Tetra Pak.


Robot de constitution de palettes par couches de produits finis en bout de chaîne.


AVRIL 2013 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE ■ N°73 29


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88