search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
L’ESSENTIEL Mes News


Elisabeth Borne apporte son soutien à la fi lière logistique


dez-vous clôturé par une intervention de la Ministre Elisabeth Borne. La Chine, l’Allemagne et les Etats-Unis ont adopté une stratégie mondiale structurée, bien avant la France au demeurant, a rappelé Laurent Livolsi, Maître de conférences en Sciences de Gestion au Cret-Log (Université d’Aix-Marseille).


Quelles suites


Elisabeth Borne, Ministre des Transports


E


lisabeth Borne est venue assurer de son soutien et de son engagement les parti- cipants à la matinée TLF/TLF Overseas, qui s’est tenue le 29 juin à Issy-les-Mouli- neaux, réunis pour aborder l’avenir de la fi lière logistique française. Elle a notam- ment indiqué que la compétitivité de la France faisait partie des priorités du gou- vernement et du Président de la Répu- blique. Avant de s’entretenir un moment avec les représentants des fédérations, elle a souligné son positionnement en matière d’égalité des règles sociales en Europe. A ce sujet, elle a rappelé les propositions prises récemment dans le cadre européen concer- nant la révision de la directive sur le déta- chement et le Paquet Mobilité de la Com- mission européenne. Sur le volet social, elle a notamment indiqué qu’elle travaille de concert avec la Ministre du Travail, Muriel Pénicaud, pour limiter la durée du déta- chement à 12 mois et élargir les critères de rémunérations des travailleurs à d’autres composantes que les salaires telles que les frais de déplacement. C’est la ligne qu’elle défendra lors du prochain rendez-vous européen, le conseil des ministres des trans- ports le 23 octobre prochain. Ses propos ont peut-être rassuré l’assistance à qui on avait rappelé les freins et les menaces qui pèsent encore sur les acteurs de la Supply Chain française. En effet, le contrat de fi lière logistique pour renforcer, voire défendre, la place de la France dans le bouleversement des fl ux mondiaux, ainsi que l’application du Code Douanier de l’Union ont été parmi les sujets qui ont marqué la matinée. Qu’il faille aller plus loin par rapport à France Logistique 2025 a été une évidence pour les intervenants et l’assemblée de ce ren-


8 N°116  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - JUILLET-AOÛT 2017


pour France Logistique 2025 ? L’approche de plus en plus agressive de la Chine a été notamment détaillée via les exemples d’achats de ports en Grèce et autres investissements massifs à travers le monde, dont l’Afrique. L’Allemagne de son côté tire sa force d’une approche « E2I2E » autrement dit, d’export-import-export basée sur une délocalisation partielle de la production industrielle plutôt en Europe centrale et de l’appui sur ses champions nationaux. Sans oublier la connexion de ses « villages de fret » aux réseaux euro- péens


d’infrastructures. L’émergence des


nouvelles portes d’entrée en Europe et les investissements logistiques qu’opèrent les pays de la façade méditerranéenne, laissent aisément présager un déplacement des centres névralgiques vers l’Est, a souligné Laurent Livolsi. Et l’économiste de préve- nir : « Attention à ne pas faire de la France la Bretagne de l’Europe », en faisant allu- sion aux ports de la façade atlantique qui pourraient être lésés par ces nouveaux équi- libres. « Le Havre pourrait devenir le dernier port européen touché ». Herbert de Saint- Simon, Président de TLF Overseas lui a rétor- qué que la menace logistique chinoise ne se fait pas encore sentir. De plus, la France a aussi ses champions nationaux capables d’offrir des solutions aux entreprises expor- tatrices. Par ailleurs, la France doit valoriser ses points forts et les avantages concurren- tiels vis-à-vis de ses voisins, a indiqué Eric Hémar, PDG d’ID Logistics. Aucun doute ne subsiste sur l’existence des compétences nécessaires. Elles peuvent par exemple être mises au profi t de solutions innovantes voire de modèles en matière de livraison urbaine, suggère Eric Bellissent, Vice-Pré- sident Océan France-Maroc de DB Schen- ker. Mais, une fois de plus, c’est le cadre fi xé par les autorités qui doit permettre aux opérateurs de s’épanouir...  SLG


©S.LE GOFF


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88