search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Chargé en vrac :pour optimiser l’expédition, certains colis ne sont plus disposés sur palette, afin d’en embarquer jusqu’à 1.200. Quitte à mobiliser un opérateur.


Calage manuel : certains colis empruntent une dérivation pour ajouter des éléments de calage, sans jouer partout la carte de l’automatisation.


Dernier aiguillage : les étiquettes d’expédition sont apposées selon le format propre à chacun des 7 transporteurs actuels, et en contrôlant la présence de tous les colis d’une même commande.


1ère Une entreprise libérée


sion sur les conditions de livraison. Relais ou domicile, les délais propo- sés sont en J+1 ou J+3, à des tarifs de 0 à 9,99 €. D’autres pistes sont à l’étude pour des livraisons sur créneau ou en soirée, selon Marie Khashouka, Responsable Transport recrutée en décembre dernier. Ce panel d’offres, Motoblouz le propose à ses clients en marque blanche, pour garder la capacité d’arbitrer entre sa demi-dou- zaine de transporteurs (outre Mondial Relais, GLS et Chronopost assurent l’essentiel des livraisons à domicile en France, ce dernier en express). En cas de problème, une substitution de pres- tataire peut permettre de tenir le délai annoncé au client.


Une autre piste d’évolution concerne la mise en stock, jusqu’ici 100 % manuelle, avec l’essentiel des 20.000 et quelques blousons sur cintre au rez-de-chaussée, et la majorité des 35.000 casques un étage plus haut. Les 3 premiers niveaux sont d’ail- leurs entièrement dotés de racks qui soutiennent l’ensemble, avec une des- serte par monte-charge. Le stockage


boutique : elle a ouvert sur le site mi-juin, mais développer un réseau n’est pour l’instant pas une priorité.


sur palette est plutôt réservé au der- nier étage ou au reste de l’entrepôt, et concerne surtout des produits en marque propre qui arrivent en plus grande quantité, pour l’essentiel en provenance d’Asie via des conteneurs passant par les grands ports de la Mer du Nord. Pour cette mise en stock, une des futures pistes est de faire contri- buer le circuit de convoyeurs. Et la répartition sur les étagères pourra être optimisée, sous réserve d’ajouter une nouvelle brique au WMS-maison, entièrement redéveloppé courant 2016 dans l’optique du déménagement.


A l’aube du pré-colisage Mais le principal chantier logistique de ce début d’été porte sur le pré-colisage pour certaines commandes, sans passer par un bac plastique. L’idée est soit de faire circuler des cartons dans la boucle de préparation, soit d’aller directement de la réception à l’expédition, sans transit par le stock. Marie Khashouka s’est portée volontaire pour plancher sur le sujet, en vue d’un lancement fin juin. Sans process trop compliqués,


50 % des commandes pourraient gra- duellement relever de la formule. Cela permettra de gagner en productivité, et de continuer à croître sans trop étoffer l’équipe logistique, qui varie actuelle- ment entre 25 et 30 personnes, avec jusqu’à 1/3 d’intérimaires. Pour l’ins- tant, une seule équipe est mobilisée, mais pour atteindre un jour les 10.000 colis/j, il faudra non-seulement la dédoubler en 2x8, mais surtout conti- nuer à faire évoluer les process, et ajou- ter des touches d’automatisation. Entre-temps, une autre évolution pourrait bouleverser la donne : l’ouver- ture de boutiques physiques. Le sujet n’est pas encore d’actualité, même si une 1ère


vient d’ouvrir au sein du site. Mais d’ici quelques années ? Dans cette perspective, une nouvelle refonte de la logistique s’imposera, avec une profondeur de stock sans commune mesure. Idem pour le développement des ventes à l’international, qui impli- quera peut-être de pré-positionner sur place des stocks des articles en marque propre les plus vendus. Vous avez dit flexibilité ?  MAXIME RABILLER


JUILLET-AOÛT 2017 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  N°116 37


©M.RABILLER


©M.RABILLER ©M.RABILLER


©M.RABILLER


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88