search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
tion de la fin de vie des produits (avec une remise en marche ou un démantèlement optimisé) », estime le consultant.


Des exemples concrets débouchant sur de nouveaux modèles


Ainsi, General Electric et Siemens se sont associés pour assurer de la maintenance prédictive sur des équipements installés sur des plates-formes pétro- lières. La capture d’informations en temps réel per- met de suivre les données d’alimentation électrique et de déclencher des alertes sur des pannes potentielles afin d’intervenir avant qu’elles ne surviennent. De même, un fabricant de compresseurs a installé des capteurs sur ses équipements afin de mesurer leur performance énergétique et de suivre leur usage. Cela lui a permis de mieux conseiller ses clients. De plus, l’analyse des données recueillies l’a aidé à faire de la maintenance prédictive, sans oublier la reprise de vieux compresseurs dont l’analyse de l’usure et des problèmes rencontrés a encore complété sa connaissance de l’usage de ses produits. Il a égale- ment mieux géré la fin de vie de ces compresseurs en revendant les matériels réparés d’occasion. Enfin, la meilleure connaissance du coût complet de ses produits sur leur cycle de vie a permis à ce fabricant de lancer un service à l’usage (facturé X euros/ m3 comprimé) qui se développe rapidement, les clients appréciant de ne plus s’occuper de l’exploitation des compresseurs et de payer à la consommation. Autre exemple, celui de Maersk, qui constatant la difficulté croissante de s’approvisionner en métal de qualité pour fabriquer ses porte-conteneurs, a construit des bases de données avec ses fournisseurs afin de documenter chaque composant monté sur un bateau. De cette manière, lors de la fin de vie du porte-conteneur d’ici une quarantaine d’années, au moment de son démantèlement, il sera possible de connaître la qualité du métal pour le réutiliser à bon escient (ce qui fait défaut actuellement quand les porte-conteneurs sont démantelés en Inde).


Automatisation, mutualisation et fiabilisation


Selon Rémy Le Moigne, les nouvelles technologies vont permettre d’automatiser chacun des maillons de la SC. Ainsi, Amazon avec ses robots Kiva qui déplacent ses armoires lors de la préparation de commandes aux Etats Unis, déclare avoir écono- misé 20 % sur ses coûts d’exploitation. De même, les véhicules autonomes sur de grands trajets comme sur le dernier kilomètre devraient se développer (cf. l’expérimentation de consignes mobiles qui livrent au rez-de-chaussée des domiciles) ; les drones pourraient faire des livraisons à la demande (de piles, d’appareils utilisés ponctuellement comme des perceuses…), les robots auto-apprenants pourraient trouver des solutions économiques là où le coût de


la main d’œuvre semble rédhibitoire (ex : Apple qui travaille sur des automates intelligents pour déman- teler ses I Phone après les avoir récupérés dans le cadre de sa volonté de s’afficher 100 % circu- laire). Autre apport de ces nouvelles technologies : elles devraient aussi contribuer à mieux partager les ressources et à les utiliser plus efficacement. « Beaucoup d’équipements, à l’instar de nos véhi- cules que nous n’utilisons que 5 % du temps, sont sous-exploités », souligne Rémy Le Moigne. Ainsi, Caterpillar a installé des capteurs de suivi sur ses équipements de chantier et développe la location partagée d’équipements neufs. Plus largement, cette mutualisation peut s’envisager sur des bureaux, des salles de réunions, l’utilisation de sièges… Enfin, grâce à des données plus nombreuses, plus fiables et mieux exploitées, les Supply Chains devraient être mieux maîtrisées (exemple de la réalité augmentée qui guide les préparateurs de commandes, du pro- jet de Walmart avec IBM pour tracer les produits en amont de la Supply Chain « From farm to fork » via la blockchain et une base de données partagée entre tous les acteurs)…


Une journée au grand air Un débat avec la salle a mis en lumière la préoc- cupation des participants face à la sécurité (cf. les attaques de plus en plus fréquentes de hackers, la réglementation vis-à-vis des drones, les responsa- bilités en cas d’accidents


de véhicules autonomes). D’autres ont souligné qu’on les avait bien fait rêver avec tout cela mais qu’en étant sur le terrain, ils pensaient qu’on était encore loin d’applications déployées… A l’issue de cette présentation, les participants ont pu se dégourdir les jambes et les bras en s’entraî- nant sur le practice. Après un déjeuner convivial sur une terrasse entourée de verdure avec une vue plongeant sur les Tours de la Défense, les 18 équipes sont parties sur le green en simultané, tandis que les débutants ont pu s’initier à la pra- tique du golf et appréhender les bons gestes. A l’issue d’un après-midi bien rempli à gambader sur les pentes vallonnées du prestigieux golf de Saint Cloud, les équipes se sont changées, ont pu se détendre entre les mains expertes de 3 mas- seuses,


avant d’assister à la remise des prix et des superbes cadeaux autour d’un cocktail sym- pathique et convivial.  CATHY POLGE


JUILLET-AOÛT 2017 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  N°116 67


Rémy Le Moigne, Auteur de l’ouvrage « L’économie


édition aux éditions Dunod.


circulaire » et de « Supply Chain Management », 2e


©J-C FOUCHARD


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88