search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
L’ESSENTIEL Mes News


Michel-Edouard Leclerc tente de démystifi er Amazon évènement annuel sur


P Michel-Edouard Leclerc our son 6e


« Les enjeux e-commerce », organisé le 28 juin à Paris, la Fevad (Fédéra- tion du e-commerce et de la vente à dis- tance) avait invité Michel-Edouard Leclerc en tant que grand témoin pour conclure la journée. Interviewé par le journaliste d’Eu- rope 1 David Abiker, le PDG des enseignes E.Leclerc a d’abord insisté sur le fait que la coopérative a été pionnière il y a 6 ans dans le drive. Cette activité « digitale » représente à présent 6 % du CA (pour un objectif de 10 % en 2020), avec une part de marché de 50 % en France. Avant de se lancer dans une opération de démystifi cation d’Ama- zon : « Après le hard discount, où tous les journaux prédisaient la fi n des hypermar- chés et la fusion Carrefour Promodès où ils ont dit, c’est la fi n des indépendants, voilà maintenant que c’est Amazon que l’on sur- joue ». Pour lui, le rachat par le géant de l’e-commerce de Whole Foods Market pour 13,7 Md$ n’a pas été correctement analysé par les observateurs. « Tous les chroniqueurs ont rapporté cet évènement sous l’angle de la surpuissance, la fi n de l’hypermarché, etc. Sauf que c’est contradictoire : Amazon lui-même avait décrié ce genre de modèle, c’est la preuve qu’il n’a pas trouvé le sien s’agissant de l’alimentaire. Et s’il s’agissait de s’acheter un réseau pour stocker et livrer, ce serait bien trop cher payé. Par contre, il s’achète du sens. Amazon se rend compte que dans l’alimentaire, il faut être dans l’empathie, dans l’affectif », analyse-t-il. Et de poursuivre : « Le rapport des Français à la nourriture ne passe pas simplement par la logistique, la disponibilité en 24 h ou la


C 10


BK Systèmes a recruté 12 collaborateurs


semestre 2017. Pour les années à venir, BK Systèmes entend s’adapter aux évolutions de la logistique (projets de méca- nisation et d’automatisation) et répondre aux besoins de solutions multi-canal (e-commerce, évolution du point de vente). « Nous voulons parier sur l’innovation industrielle et sa démocratisation », affi rme François Biesbrouck qui évoque des technologies plus acces- sibles fi nancièrement et un recourt de plus en plus systématique à l’automatisation.  JPG


réée en 1998, la société BK Systèmes, éditrice de Speed WMS, a connu une croissance régulière de 15 à 25 % ces dernières années, pour atteindre un CA de 2,6 M€ en 2016. Une pro- gression qui a conduit François Biesbrouck, Président-Fondateur de la société, à renforcer l’équipe en recrutant 12 nouveaux collabo- rateurs au 1er


N°116  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - JUILLET-AOÛT 2017


François Biesbrouck, Président- Fondateur de BK Systèmes


livraison par drone ». Pour lui, le rachat de l’enseigne premium Whole Foods Market signifi e aussi qu’Amazon n’ira pas chercher les enseignes comme Carrefour, Intermar- ché « et encore moins Leclerc » sur les prix, ce qui lui donne « 5 ou 6 ans de délai d’adap- tation ». « On ne va pas attendre Amazon, on va le tacler avant qu’il arrive », a-t-il lancé. « La bataille de demain ne va pas se faire entre les pure players et les maga- sins physiques, sauf sur quelques marchés de niche, mais entre marques omni-ca- nal. C’est plus clair : Carrefour ou Leclerc apprennent le métier d’Amazon. Amazon apprend à devenir marchand et fondamen- talement, ce qu’il me plaît à dire, c’est que s’il suffi sait d’accéder au Big Data et à la logistique pour devenir un bon commerçant, il y a beaucoup d’enseignes dans le secteur de la distribution qui ressusciteraient, les Euromarché, les Continent qui avaient à l’époque des systèmes logistiques bien plus pointus que Leclerc. La prime, c’est quand même la promesse commerciale plus que la capacité de gérer les tuyaux ». Ce qui ne l’empêche pas de rappeler que les 16 entre- pôts qui desservent au niveau national les coopératives de commerçants indépen- dants et d’enseignes Leclerc sont tous sur la voie de la robotisation complète. Avant de conclure par cette phrase : « Celui qui va gagner, celui qui va rester, c’est celui qui aura la marque, le réseau, l’expertise, que les consommateurs jugeront utiles. Dès que vous n’aurez plus l’allégation de cette uti- lité, vous rejoindrez très vite la page 1.600 de Google parce qu’il y en aura d’autres qui arriveront derrière ».  JLR


©E.LECLERC


©JP.GUILLAUME


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88