search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Management


encore des traces lors d’une prise de sang qui est effectuée si le salarié est impliqué dans un accident. C’est arrivé à un chauffeur qui a écrasé un piéton. Sa responsabilité a été engagée pénalement. Le magistrat ne fait pas de différence entre l’em- prise et les traces. Il a été condamné à 18 mois fermes et à verser 86 000 euros à la famille », explique Marc Élie, fondateur d’Eli- cole, société créée en 2012 qui


«U


Sensibiliser ses collaborateurs aux addictions


S’il n’est pas facile de faire face aux comportements addictifs dans ses équipes, une démarche de sensibilisation et de prévention doit permettre de briser les tabous avant d’agir concrètement, en accompagnant avec bienveillance les salariés concernés vers les soins de santé.


accompagne les entreprises dans la gestion du risque des addictions en milieu professionnel. L’employeur a une obligation de résultat en matière de sécurité. Aussi, doit-il prendre en compte les comportements addictifs, entendus comme conduites de dépendance aux substances psychoactives


(tabac, alcool, café, médicaments psychotropes-anxiolytiques, hypno- tiques, antidépresseurs analgésiques -cannabis, cocaïne), et plus large- ment, pouvant aussi englober les troubles des comportements alimen- taires, le jeu pathologique, la dépen- dance à Internet, les achats compul- sifs, les addictions au sport… ou au


n joint, le vendredi ou le samedi soir, et le lundi il y a


travail ! Pour Marc Élie, « il faut une démarche cohérente face aux addic- tions. Je mets managers et salariés face aux risques routiers, sociaux et juridiques qu’ils encourent ».


Une démarche d’accompagnement Les drogues ont fait plonger Marc Élie il y a plus de 20 ans. Arrêté pour trafic, il a passé quelques années en milieu carcéral. Un procureur lui a tendu la main pour qu’il fasse de la prévention des addictions en milieu scolaire, puis auprès d’apprentis. Il crée ensuite sa société, Elicole, et constitue une équipe de spécialistes (addictologue, coaches certifiés, assistante sociale, psychologue, avocat en droit social du travail) pour accompagner les entreprises. Il propose du présentiel, mais aussi, pour les PME, une formation à dis- tance avec deux vidéos destinées aux salariés et au management. Eli-


Le test de dépistage de stupéfiants autorisé en entreprise


Chez Nicollin, 7 salariés sur 30 ont eu un dépistage positif au cannabis lors de l’intervention de Marc Élie, fondateur d’Elicole.


Dans un arrêt du 5 décembre 2016, le Conseil d’État autorise la pratique du test salivaire par un supérieur hiérarchique, sans recours à un médecin. Il n’est auto- risé qu’à trois conditions : il doit être prévu dans le règlement intérieur, il peut être contesté en demandant une contre- expertise médicale et il ne concerne que les salariés occupant un poste à risques.


98  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - OCTOBRE 2017 - N° 2


L’employeur peut utiliser son pouvoir de sanction à l’encontre du salarié contrôlé positif. Rappelons que le chef d’établis- sement a l’obligation de dresser la liste des postes de travail qui présentent des risques pour la santé et la sécurité des salariés, après avis du CHSCT (ou à défaut des délégués du personnel) et du médecin du travail.


©Nicollin - Elicole


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118