search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Formation Cnam


Deux tiers des 853 heures d’appren- tissage dispensées durant les deux années de la formation concernent des problématiques liées à la pro- duction industrielle. Pour autant, les aspects managériaux ne sont pas négligés, à raison de 150 heures pro- grammées autour de la connaissance de soi, de l’assertivité et du pilotage des équipes. Les techniques logistiques ont beau- coup évolué au fil des années, inté- grant de plus en plus de mécanisa- tion puis de robotisation. Parallèlement, en 32 ans, le Cnam a fait évoluer ses enseignements, afin de structurer l’acquisition des com- pétences dans une logique d’acqui- sition de diplôme et de cohérence avec les besoins des entreprises. Pour répondre aux exigences des organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA) et de la Commission nationale de la certification profes-


Auvergne-Rhône-Alpes, qui articule l’offre de formation autour de la focale industrielle.


À raison de 150 heures programmées autour de la connaissance de soi, de l’assertivité et du pilotage des équipes, les aspects du management ne sont pas négligés.


Promotion 2015-2017 du Cnam de Lyon,


sionnelle (CNCP), le Cnam a ainsi architecturé la formation autour d’unités d’enseignement et de blocs de compétences.


Logique séquentielle


Promotion 2016-2018, Cnam de Toulouse, Occitanie.


106  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - OCTOBRE 2017 - N° 2


Les enseignements sont dispensés dans un ordre séquentiel, depuis la définition de la stratégie jusqu'à son exécution, suivant un fil conducteur dans un souci d'efficacité pour l'en- treprise et l'apprenant qui progres- sent ensemble, au même rythme. Les concepteurs de la formation ont misé sur une batterie d’outils péda- gogiques : cours magistraux ; tra- vaux dirigés, études de cas, projets de groupe ; modélisation, simulation et pilotage de la chaîne logistique à l'aide de logiciels de gestion et d'aide à la décision ; référentiels d'audit, de diagnostic, de mesure des perfor- mances logistiques (Supply Chain Meter) ; travaux pratiques et mis- sions opérationnelles en entreprise ; tutorat en entreprise et évaluation des compétences acquises par le biais de jurys de soutenance. Pour obtenir le diplôme, il faut vali- der l’ensemble des modules de la formation, obtenir un minimum de 700 points au TOEIC (Test of English


for International Communication) ou 2,5 au Bulats (Business Language Testing Service), obtenir le Basics of Supply Chain Management (certifi- cation américaine APICS, qui sera remplacée par le CPIM Part 1 dès janvier 2018), et soutenir avec suc- cès son mémoire de projet profes- sionnel en entreprise devant un jury. Tous les contenus sont dispensés par des professionnels. Le niveau d’étude minimal requis pour inter- venir est bac+5. Quant aux consul- tants, ils doivent pouvoir se préva- loir d’au moins 20 ans d’expérience. « Les élèves sont tous déjà plus ou moins en contact avec la logistique. Certains travaillent depuis dix, voire quinze ans, dans de grandes entre- prises et souhaitent progresser. Du fait de ce niveau d’expérience parfois très élevé, ils se montrent très exi- geants quant à la qualité et à la structuration des enseignements », souligne Caroline Chambon, qui enseigne les sciences de gestion et l’économie sur le campus de Valen- ciennes. « L'objectif pédagogique est de per- mettre à des candidats fortement motivés d'acquérir la démarche, les concepts et les outils de la logistique


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118