search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Pour vos appels d’offres


Talan Consulting parie sur l’intelligence collective Le digital et ses méthodes apportent


du renouveau dans la manière de définir les besoins, la feuille de route et les priorités d’un projet supply chain. Talan Consulting s’est lancé depuis un an dans ce type d’approche avec ses clients.


T


raditionnellement, dans le cadrage des projets de transfor- mation, le rôle du


cabinet de conseil est d’élabo- rer, au terme de plusieurs mois, d’un schéma directeur à partir d’une analyse de don- nées et d’une série d’entre- tiens individuels avec quelques personnes clés de l’entreprise. Aujourd’hui, ce n’est plus forcément la meil- leure approche pour définir


une feuille de route. « Très souvent, ce n’est pas l’élabo- ration d’une stratégie qui est le plus compliqué, mais sa mise en œuvre et la manière dont les gens vont adhérer au projet », fait remarquer Nico- las Recapet, associé chez Talan Consulting.


Nicolas Recapet, associé chez Talan Consulting


Une dynamique de l’échange Depuis un an, le cabinet de conseil a développé l’offre Design Challenge, une approche assez innovante qui s’inspire du design thinking et des méthodes agiles pour faire éclore les idées et fédérer toutes les équipes de son client autour d’un projet. « Le mot clé, c’est l’intelligence collec- tive. C’est le travail commun d’une journée que nous ani- mons dans un studio dédié, dans nos locaux, avec l’ensem- ble des acteurs clés de l’entre- prise cliente, pour toute sorte de projet supply chain. L’idée est de créer une émulation entre les différents services


Les participants doivent construire chaque maillon d’un écosystème à l’aide de briques en Lego.


(marketing, digital, opérations, SI, commercial, logistique, finance, etc.) », explique Nico- las Recapet. En amont, les consultants ont bien sûr pour tâche de préparer des thèmes de réflexion, des angles d’attaque de la problé- matique, qui auront été cadrés via des échanges préliminaires avec quelques acteurs clés, mais sans pour autant avoir d’idée préconçue de ce qui sor- tira des futurs échanges.


Des approches ludiques Le Design Challenge peut rap- peler le principe du brainstor- ming, mais les leviers sur les- quels il s’appuie sont différents. « Nous pouvons par exemple


86  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - OCTOBRE 2017 - N° 2


avoir recours à une sorte de jeu de rôle, UX–Personae, où l’on demande aux membres de l’équipe de se mettre dans la peau d’un acteur interne ou externe, ou à un client ciblé par le projet. » Il existe d’autres approches ludiques possibles pour réfléchir différemment, comme le fait de demander aux participants de construire chaque maillon d’un l’écosys- tème à l’aide de briques en Lego : dans la définition d’un POC (proof of concept) notam- ment, cela peut avoir pour effet d’amener à échanger sur des aspects très concrets du monde de l’entrepôt qui n’auraient pas été abordés autrement. Autre vecteur permettant de favoriser les échanges :


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118