search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Pour vos appels d’offres Abington Advisory se projette à l’horizon 2025


Gilles Scognamiglio, associé et fondateur d’Abington Advisory en 2014


En 2016, le cabinet avait mené un concours interne pour imaginer son futur à l’horizon 2025, sous l’angle de l’évolution du métier, des pratiques ou de l’offre de services. Parmi les pistes avancées : l’ouver- ture du conseil au marché des PME, avec mode de rémunération adapté, ou la flexibilité de la charge de travail en fonction des missions et des périodes d’inter- contrat, quitte à moduler la rému- nération. « Les questions de qua- lité de vie au travail ou de gestion des déplacements ont été largement soulevées, et ne sont pas à négliger pour que le métier de consultant conserve de l’at- tractivité dans le cadre d’un cabinet», relève Gilles Sco- gnamiglio, associé et fon-


dateur d’Abington Advisory en 2014. Idem pour la gestion des compétences, alors que les clients confient des mis- sions de plus en plus mul- tifacettes, avec une grande variété de compétences à mobiliser. « Ainsi depuis deux ans, nous sommes impliqués dans la constitu-


Un hub de ressources pour se connecter avec des experts transport, juridiques et financiers.


tion d’un hub de ressources baptisé European Transport Advisory Committee. Ce réseau nous connecte à une dizaine d’experts en trans- port maritime, ferré ou aéro- portuaire, dans différents pays, ainsi qu’à un juriste ou des spécialistes des ques-


tions de financement dans le cadre de l’Union européenne. L’enjeu est d’apporter aux clients autre chose que la somme de nos compétences internes, vu la largeur des problématiques soumises», poursuit-il. Pour y répondre aussi sous l’angle de la technologie, le cabinet a tissé des liens avec des universités ou des laboratoires de recherche : avec un centre de recherche mathé- matique nantais, pour des compé- tences et des moyens d’analyse ;


avec Neoma Business School, dont les travaux de recherche transport et logistique ont tout intérêt à être mis en œuvre sur la base de données réelles, comme celles des clients du cabinet. Intérêt partagé, bien sûr. MR


Cyril Besse, senior partner en charge des practices Digital et Supply Chain chez Univers Retail


La preuve par le POC


«Univers Retail se concentre sur un secteur où il y a de forts enjeux de transformation supply chain sur fond d’omnicanal, de pilo- tage de la promesse client ou d’amélioration de la performance opérationnelle. Face à une attente des clients plus que jamais tournée vers l’innovation, la typologie de nos missions évolue : aux questions de métho- dologie et de process s’ajoute une forte dimension technologie et solutions. Cela implique pour nous de consolider des res- sources plus pointues, quitte à mobiliser de l’expertise externe, et d’approfondir notre connaissance de l’écosystème. Sur le versant start-up et sociétés inno- vantes, notre démarche s’est structurée depuis un an et demi afin de bien qualifier leur offre et leur business model, leur péri- mètre de couverture ou leur trajectoire. Nous avons ainsi tissé des liens avec une vingtaine d’acteurs couvrant l’essentiel des


82  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - OCTOBRE 2017 - N° 2


problématiques de la chaîne logistique. Nous pouvons les mobiliser lorsqu’un client nous sollicite sur le thème de l’innovation, à l’occasion d’une journée dédiée. Après la phase de brainstorming, il s’agit de vérifier l’intérêt des pistes évoquées, et c’est le rôle aujourd’hui dévolu au POC (proof of concept). Celui-ci peut se monter en quelques semaines avec un investisse- ment limité, quitte à s’appuyer sur des par- tenaires éditeurs ou fournisseurs de maté- riel. Sa logique tient du test ou de la simulation afin de valider que la valeur ajoutée imaginée est bien au rendez-vous. Par exemple, que la modification d’un schéma de préparation est bien suscepti- ble de faire gagner x minutes par jour. Les clients sont plus ou moins enclins à réali- ser des POC, mais certains n’hésitent pas à les multiplier, voire à en réaliser sur des solutions concurrentes ».


Univers Retail © Abington Advisory


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118