search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Tendance Transport du futur


vois difficilement le législateur auto- riser à court ou moyen terme leur circulation en ville ». Même senti- ment chez Christian Rose (AUTF) : « Difficile d’imaginer un camion sans conducteur place de l’Étoile à Paris, un vendredi soir à 18 heures ». Mais ce qui semble inenvisageable aux heures de pointe pourrait l’être à d’autres moments. C’est notam- ment l’opinion de François-Michel Lambert, président de la commis- sion nationale France Logistique 2025 et député écologiste des Bouches-du-Rhône. « Un camion semi-autonome de grande dimen- sion, silencieux, respectant la norme PIEK et circulant de nuit contribuerait à réduire la congestion », note-t-il. « Le double enjeu de la sécurité et de l’acceptation de la popu- lation va privilégier le créneau de nuit », confirme Jérôme Bour, Pdg de DDS Logistics, éditeur d’outils de gestion du transport. À plus courte échéance, tout le monde s’accorde sur l’arrivée pro-


François-Michel Lambert, président de la commission nationale France Logistique 2025.


Sécurité et partage de la route : la circulation de nuit des véhicules autonomes réduirait la congestion des axes de transport.


chaine sur nos routes de convois de camions, opérant probablement au sein de grandes flottes et sillon- nant les principaux axes routiers européens. « Faire baisser les coûts de transport est une réelle attente en Europe de l’Ouest et aux États- Unis », postule Alain Borri (Bp2r). Et de poursuivre : « Aujourd’hui, le seul scénario potentiellement accessible est de rouler en convoi sur de longues distances sur auto- route. J’imagine un convoi de plu- sieurs poids lourds traversant l’Eu- rope, avec peut-être un chauffeur en tête et un en fin de convoi. Pour la partie finale du trajet, le convoi arrive sur une aire d’autoroute, et c’est là que des chauf- feurs reprennent le contrôle des camions. Cela contribuerait à l’emploi local, mais signerait sans doute la fin du transport com- biné rail-route ». Côté transporteur, cette utili-


sation de camions autonomes sur le créneau du transport internatio- nal pourrait aussi résoudre en par- tie le problème actuel des travail-


Le transport routier à l’heure du partage


Jusqu’où les camions autonomes vont-ils bouleverser le secteur du transport routier ? À l’image de ce qui se pratique déjà sur le marché auto- mobile, certains experts pensent que cela va précipiter l’avènement du truck sharing (partage de camion), ou le camion à la demande. Pour profiter des avantages escomptés (consom- mation, sécurité, transparence des données, possibilité de rouler 24 heures sur 24), tout en limitant le surcoût de la technologie, deux scé- narios sont en effet imaginables : par- tage des investissements nécessaires entre opérateurs de taille moyenne, ou modèles de la location à courte durée par les loueurs, voire les constructeurs eux-mêmes. « L’heure est à la réduction des coûts et au partage. Avec la nouvelle géné- ration qui arrive à la direction marke- ting, les constructeurs automobiles proposent de plus en plus d’applica- tions de type car sharing », constate Jonathan Fath, cofondateur d’Equivvy et Corporate Strategy Advisor chez


68  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - OCTOBRE 2017 - N° 2


TIP Trailer Services. « La partie camion arrivera avec juste quelques années de retard. Quant à la location, je pense qu’elle devra passer par un contrat fort entre les loueurs et les constructeurs. Ces derniers s’engage- ront sur un buy-back, car il y aura ini-


tialement une grande inconnue sur la valeur de rachat du camion à l’issue de la période de mise en location, qui est une donnée déterminante sur le tarif de location. Cela représente donc un


risque pour les loueurs », précise-t-il. PM


D.R.


© Volvo group


© Daimler


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118