search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Bon à savoir Digitalisation C


ontraction des mots « hack » (obtenir un accès non auto- risé à un système informa- tique) et « marathon »


(épreuve sportive de course à pied de 42 km), le concept de hackathon se vit comme un marathon du numérique. Les participants sont défiés sur un sujet précis touchant à l’informatique, qu’ils doivent géné- ralement résoudre en 48 heures. Jusqu’alors l’apanage des start-up, on voit ce format apparaître depuis quelque temps dans les grosses entreprises (groupe ADP, SNCF, Saint-Gobain, Pernod Ricard, etc.), et plus récemment dans le secteur de la supply chain. Le prestataire FM Logistic a ainsi organisé son premier hackathon l’année dernière (Faster Mind Chal- lenge – Imaginer la supply chain de demain), et l’enseigne de luxe Louis Vuitton a lancé sa deuxième session en 2016, sous l’impulsion commune de ses directions informatique et supply chain (Unlock Supply Chain – Inventer les applications de demain pour une supply chain connectée en temps réel). Mais à quoi sert un hackathon dans une entreprise qui n’est pas une start-up ?


L’esprit start-up Innover. C’est sans doute la motiva- tion première. Dans les grosses entre- prises, l’agilité, nécessaire à l’émer- gence de nouvelles idées, n’est pas monnaie courante. Démarches pro- cessées, hiérarchie intimidante, habi- tudes installées, etc., on est loin de l’univers de la start-up innovante ! L’espace-temps imposé aux partici- pants lors d’un hackathon est source


110  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - OCTOBRE 2017 - N° 2


Comment courir un hackathon ?


Innover, gagner en agilité, recruter de jeunes talents. Les raisons d’organiser un hackathon sont multiples. Mais de quoi parle-t-on, et comment s’y prendre pour le réussir ?


Les gagnants du Hackathon Louis Vuitton en 2016.


d’émulation et propice à l’idéation, puisque les barrières hiérarchiques n’existent plus. Outre l’innovation, l’exercice est un bon moyen de recruter de jeunes talents, avec l’as- surance de leurs compétences puisqu’ils sont jugés sur pièce.


Une préparation élaborée Comme pour une embauche, un tel événement demande de respecter plusieurs étapes. Beaucoup d’en- treprises préfèrent d’ailleurs confier le projet à des spécialistes plutôt que de s’en charger elles-mêmes. Mais attention ! Les managers seront quand même mis à contri- bution. En effet, le scénario pro- posé aux participants se fonde sur des faits réels, avec des données fournies par l’entreprise. Durant les 48 heures, il sera également


pimenté par des événements per- turbateurs surprise. Par exemple, lors du hackathon de Louis Vuit- ton, une des équipes a dû faire face virtuellement à une épidémie de grippe dans un des ateliers four- nisseur de matières premières. Une façon de tester la réactivité des candidats qui ont dû trouver une solution alternative. Selon les professionnels du hacka- ton, deux à trois mois sont néces- saires avant que l’épreuve ne soit prête à se dérouler. Tout d’abord, il convient de réfléchir à une thématique la plus compré- hensible possible pour attirer les bons profils. Il faut ensuite dévelop- per une plate-forme au graphisme dédié, en précisant les récompenses proposées aux gagnants. Une com- munication auprès du public cible


© Éloïse Leydier


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118