search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Témoignages Management Parole de dirigeant Laurent Bourdin, directeur des opérations chez Via Logistique


Via Logistique gère trois sites logistiques, dont un classé Seveso. L’activité emploie 80 salariés sur les 300 du groupe. Pour Laurent Bourdin, directeur des opérations, « les addictions ont un impact sur la productivité de l’entre- prise et sa sécurité. Ne serait-ce qu’en ce qui concerne ceux qui abusent des pauses clope, qui fument parfois à l’intérieur ou utilisent des portes interdites d’accès pour aller fumer dehors ». La solution qui a été trouvée : mettre en place un coin fumeur unique, en face du bureau de l’encadrement. Et sanc- tionner en cas de non-respect des heures de pause, la sanction ayant un effet dissuasif. Concernant les possibilités de dépistage, la question pourrait être envisagée dans le cadre de la refonte en cours du règlement intérieur. « Nous devons communiquer sur les dangers du tabac, de l’alcool, de l’utili- sation du téléphone quand on conduit un chariot. Dès qu’une consigne n’est pas respectée, il faut rappeler le règlement et rappeler les conséquences d’un accident corporel et les sanctions possibles. Chaque comportement (substances psy- choactives, addiction au travail, au sexe, à Internet, etc.) implique des réponses adaptées. » Laurent Bourdin reconnaît que les entreprises ont du mal à aller vers la médecine du travail, ouverte aux proposi-


Parole de dirigeant Xavier Bergelin, gérant des transports Bergelin


« Chacun doit faire son diagnostic personnel »


Xavier Bergelin gère une entreprise de transport routier qui travaille en régional et en national. Elle compte 32 collaborateurs dont 25 chauffeurs. Il a signé la charte régionale Franche-Comté en octo- bre 2014, et a distribué le kit de sensibilisation de l’AFT à ses collaborateurs. « J’ai eu peu de retours, cela reste très personnel. Chacun doit faire son diag- nostic personnel sur la drogue, l’alcool, son usage du jeu vidéo, du téléphone, etc. Je pense que le message est bien passé sur la prise d’alcool ou de stupéfiants et la conduite. Le permis de conduire, c’est un outil de travail, ne plus l’avoir peut coûter son emploi. Depuis 20 ans que je suis dans l’entreprise, le permis n’a été retiré qu’à trois conducteurs pour alcoolémie ou cannabis, sans accident. Cela a conduit à la rupture du contrat de travail. Voir son collègue perdre son permis, ça a sensibilisé aux risques encourus. »


« Les addictions ont un impact


sur la productivité et la sécurité »


tions, pour mettre en place des actions concrètes com- munes sur le sujet. Lorsqu’il était directeur d’établisse- ment chez Intermarché, avec la DRH, les délégués du personnel et le CHSCT, il avait organisé sur le site de Mauchamps (Essonne) une journée sociale santé avec des intervenants extérieurs. Un addictologue était notamment pré- sent dans une salle en libre accès, hors de la surveillance des cadres, pour renseigner sur les risques relatifs aux addictions. « Cela a amélioré l’ambiance générale. Et les salariés se sont aperçus que c’était plus facile qu’ils ne l’imaginaient de


traiter leurs problèmes personnels. » La DRH a d’ailleurs dupliqué l’action après son départ. Laurent Bourdin conclut : « La vie du salarié à l’extérieur impacte de plus en plus une vie professionnelle déjà suffi- samment stressante en soi, avec l’accélération du rythme de travail. Même en expliquant qu’il faut laisser ses pro- blèmes personnels à l’entrée du site, à l’heure de l’informa- tion et de la connexion permanentes, tout s’entremêle. La mise en place d’un climat de confiance implique des actions comme la journée sociale santé, et de sortir de son rôle quotidien de manager, car il faut aller parfois dans la sphère privée ».


Affiche de la campagne de prévention de l’AFT.


Xavier Bergelin est bien conscient des conditions de travail difficiles des conducteurs, du lien avec le stress au travail. Pour autant, il n’a pas de cur- seur préétabli entre bienveillance et sanction, et gère au cas par cas d’éventuels problèmes en fonc- tion de la personne et des circonstances. « Il faut sensibiliser les salariés sur les conséquences du régime de vie et de la fatigue qui peuvent provoquer des accidents à soi-même ou aux autres, et ce, quel que soit le type d’entreprise », conclut-il.


N° 2 - OCTOBRE 2017 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  101


DR


© AFT


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118