search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Chiffre d’affaires : 100 M€ 650 3


Effectifs France : Nombre d’entrepôts :


4murs en chiffres


L’AutoStore


L’AutoStore est un système breveté par la société norvégienne Hatteland, rachetée au début de l’année 2017 par le groupe EQT. Il est particulièrement adapté à la manipulation de petites pièces et peut être mis en place dans n’importe quel type d’entrepôt, neuf ou ancien. Le principe est d’empiler des boîtes normalisées dans un cube dédié à une référence. Un robot vient pour l’amener au préparateur de commandes qui prend la quantité souhaitée, et la boîte peut repartir en stock.


La quantité de boîtes empilées peut augmenter, sans avoir à changer d’empreinte au sol. Il suffit d’ajouter un nouveau robot pour accroître la cadence.


marché, beaucoup étaient finalement surdimensionnées par rapport à notre activité. Nous expédions chaque jour près de 2 000 unités de livraison de textile et d’objets déco (3 000 pour le papier peint et la peinture). Il nous fallait donc une solution adaptée à cette volumétrie, tout en gardant en tête que cette activité allait croître au fur et à mesure de l’ouverture de nouveaux magasins. Grâce à notre WMS (Reflex, d’Hardis), acquis en 2014, nous disposons en effet d’une étude de flux fiable qui nous permet de choisir la meilleure solution pour nous. L’AutoStore proposé par Egemin nous a semblé être le meilleur système, d’autant que des ajouts de robots seront facilement faisables quand les flux augmenteront. Nous avons pris notre décision en mai 2017. Nous sommes donc en pleine installation ! En janvier 2018, le système sera en capacité de stocker jusqu’à 10 000 bacs et de traiter 320 colis à l’heure.


des objets déco. Nous avons décidé dès le début que cet entrepôt serait automatisé, non pas pour diminuer la masse salariale (20 personnes travaillent actuellement à la logistique sur l’ensemble des bâtiments), mais bien pour pouvoir développer notre activité sans manquer d’espace pour travailler.


SCM : En janvier 2018, un AutoStore va donc venir aider la logistique de 4murs. Intégré par Egemin (groupe Dematic), ce système automatisé a été spécialement conçu pour la préparation d’articles à l’unité. Comment en êtes-vous venu à choisir cette solution ? Y. B. : Très vite, nous avons su qu’il nous fallait un système goods-to-man. Mais parmi les solutions du


SCM : Les magasins sont livrés à quelle fréquence ? Y. B. : Une fois par semaine, les magasins reçoivent un type de produit : semaine 1, le papier peint, et semaine 2, la peinture. Pour les magasins Lifestyle, le textile et les objets déco sont livrés avec le papier peint ou la peinture au départ de l’entrepôt de Marly. L’automatisation ne changera pas ce rythme.


SCM : Comment le choix d’automatiser a-t-il été pris par les équipes ? Y. B. : Il faut savoir que pour chacune des décisions que nous avons prises, le personnel a été impliqué. Nous avons visité les sites tous ensemble. Ils ne découvriront donc pas en janvier le nouvel outil. Par ailleurs, ils savent qu’il n’y aura pas de baisse de la masse salariale, mais qu’il y aura une formation nécessaire pour faire face à une évolution de leurs métiers. Il y aura également de nouvelles tâches, comme l’étiquetage des produits qui était jusqu’à présent assuré par les magasins eux-mêmes. PROPOS RECUEILLIS PAR ÉLOÏSE LEYDIER


N° 2 - OCTOBRE 2017 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  31


D.R.


D.R.


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118