search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
L’ESSENTIEL Mes News


et de suivi « France Logistique 2025 » et utilisé, nous devons faire de la France une plate-forme


logistique de référence mondiale en encourageant la dyna- mique logistique sur tout le territoire », a lancé Alain Vida- lies après avoir rappelé les 5 axes du plan d’action France Logistique 2025 : 1. Faire de la plate-forme logistique France une référence mondiale en encourageant la dynamique logistique sur tout le territoire ;


2. Développer le capital humain et faciliter la visibilité de l’organisation logistique ; 3. Faire de la transition numérique un vecteur de perfor- mance logistique ;


4. Utiliser la logistique comme levier de transformation des politiques industrielles et de transition énergétique ; 5. Instaurer et animer une gouvernance intégrée de la logistique. Toutefois, à la lecture du document-cadre, l’impression d’ensemble donne quelque peu le vertige face à la multitude d’objec- tifs recensés, au nombre impressionnant de 246, si nous avons bien compté ! Le tout sans aucune véritable hiérarchisation des priorités pour atteindre l’objectif fi nal, qui est de faire fi gurer la France en 2025 dans le top 5 des pays du classement logistique de la Banque Mondiale (où nous sommes 16e


).


Pourquoi ce choix ou plutôt cette absence de choix de la part de l’Etat ? Même si le sujet n’a pas été évoqué, il semble qu’il soit for- tement lié aux changements entraînés par l’entrée en vigueur de la loi NOTRe (nouvelle organisation territoriale de la République), qui en plus de créer des super régions, ren- force leurs responsabilités et leurs compétences, notamment en matière de développement éco- nomique, de formation professionnelle, de transports et de logistique. D’où la nécessité de trouver une nouvelle gouvernance entre l’Etat et les super régions. Dans son discours de clôture de la réunion, le Secrétaire d’Etat a donné sa vision du rôle de l’Etat : « coordonner les instances », « faciliter les échanges », « valoriser les bonnes pratiques», « mobiliser les énergies pour suivre la dynamique sur l’ensemble du territoire ». Par opposition à « un schéma préétabli par de grands plans nationaux volontaristes aux objectifs peu réalistes et sou- vent peu adaptés à la réalité ». Avant de fi nir ainsi son discours aux allures testamen- taires : « Cette instance a vocation à se réunir périodique- ment, car le dialogue régulier, la dynamique engagée doivent se poursuivre. Nous avons bâti les fondations, donné un cap, posé les jalons d’une politique publique et maintenant il va falloir qu’elle se poursuive. Je sais que l’administration continuera à être un moteur dans cette démarche ». Juste avant les applaudissements, la dernière phrase a été pronon- cée par François-Michel Lambert, Député et Président de la Conférence Logistique ayant abouti à la Stratégie nationale :


« Alain Vidalies restera dans l’Histoire pour avoir fait entrer la logistique au plus haut niveau de l’Etat ».


Depuis un an, quelques avancées concrètes En tant que Président de la section thématique Logistique & Supply Chain de la CNS (Commission Nationale des Ser- vices), Laurent Grégoire a exposé lors de cette même réu- nion un certain nombre d’initiatives récentes menées dans le cadre de France logistique 2025. En voici les grandes lignes : de 1ers


contacts ont notamment été pris avec Business France pour mettre en place des outils concrets d’aide aux PME françaises sur le volet logistique de leurs exportations, et un protocole a été signé entre la CNS et l’Alliance pour l’industrie du futur sur 3 axes : 1. logistique du futur,


2. normalisation, avec des actions déjà enta- mées au sein du nouveau comité d’impul- sion stratégique de l’Afnor sur l’industrie du Futur,


Président de la section thématique Logistique & Supply Chain de la CNS (Commission Nationale des Services)


Laurent Grégoire,


3. formation des salariés. Par ailleurs, la commission de l’Afnor consa- crée au management de la logistique, jusque- là en sommeil faute de ressources, sera relan- cée la semaine prochaine et suivra notamment « les travaux qui commencent au niveau international à l’ISO sur la chaîne de contrôle (Chain of Custody), c’est-à-dire la maîtrise de l’ensemble d’une chaîne logis- tique depuis les matières premières jusqu’au consommateur en passant par la transfor- mation, les prestations logistiques en termes économiques, sociaux, environnementaux ». Le référentiel RSE, autre proposition de la stratégie nationale « France logistique 2025 », fait l’objet depuis un an d’un « processus d’éla- boration » mené par un « petit groupe » qui doit aboutir dans les prochaines semaines à une


large consultation des professionnels concernés, d’une part via une enquête sur le web et au travers de réunions avec les responsables des organisations et d’entreprises de toutes tailles. « Lors de nos travaux pour préparer la Stratégie Nationale, nous nous sommes rendu compte que l’une des diffi cultés que rencontrait notre fi lière en France, notamment en comparaison avec l’Allemagne [NDLR : la BVL allemande compte près de 30.000 adhé- rents], était une trop faible mobilisation de ses acteurs via leurs associations professionnelles qui œuvrent pour la promotion de la logistique et de la Supply Chain. Nous espérons pouvoir rapidement favoriser des initia- tives dans ce domaine », a conclu Laurent Grégoire, sans donner plus de détail...  JLR


« France logistique 2025 » est désormais publique sous forme d’un document-cadre qui peut être téléchargé en ligne : http://www.developpement-durable.gouv.fr/sites/default/files/ France Logistique 2025


AVRIL 2017 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  N°113 9


©JP.GUILLAUME


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88