search.noResults

search.searching

note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
Figure 1 - Couverture fonctionnelle potentielle des outils APS


Etudions les différentes composantes du sys- tème adaptatif tiré par la demande pour en identifi er les composantes réellement spéci- fi ques, et analyser si elles vont à l’encontre – ou pas – du fonctionnement des APS actuels.


Une démarche de positionnement et de dimensionnement des stocks transparente qui fait disparaître les « boîtes noires » Où positionner mes stocks et comment les dimen- sionner est une question clé pour toute entreprise. Elle a un impact sur le délai offert au client, sur la sérénité des fl ux mais aussi directement sur le résultat de l’entreprise. La problématique devrait donc être comprise à tous les niveaux, et les façons d’y répondre partageables auprès de tous les opérationnels de la Supply Chain (achats & fi nance compris).


Les briques « d’opti- misation avancées des stocks » des APS uti- lisent des approches algorithmiques pour évaluer les gains sur le stock, avec un suivi mathématique et statis- tique du plus d’infor- mations possibles et un solveur d’optimisation. Cela débouche sur des solutions aux calculs complexes, maîtrisées par seulement quelques acteurs-clés dans l’or- ganisation. Avec DDMRP, la métho- dologie prévoit ce « où, comment et combien »


AVRIL 2017 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  N°113 83


positionner les stocks pour obtenir les meilleurs résultats. Une simulation simple, systémique et heuristique, déjà incluse dans la plupart des outils DDMRP, permet d’obtenir ces notions. L’appropria- tion par les équipes en est grandement facilitée. Bien sûr, plus la nomenclature est profonde, plus l’histoire se complique, et plus la tendance serait à revenir à des solveurs mathématiques qui trouvent la « meilleure réponse ». Ce serait retomber dans les travers de la « boîte noire » et nier la nécessité de maîtrise des opérationnels sur le sujet (on ne peut maîtriser l’approche globale de fl ux sans s’appro- prier cette étape).


Plutôt que de chercher longtemps un optimum discutable, la bonne attitude (très américaine) consiste à positionner les stocks au mieux du pro- cessus industriel et à essayer… Dès lors, l’apport


©CITWELL


©CITWELL


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88