This book includes a plain text version that is designed for high accessibility. To use this version please follow this link.
Augmenter les disponibilités alimentaires par la réduction des pertes


Il est sans doute prudent de procéder à une évaluation rigou- reuse des processus de production et de distribution ainsi que des régimes de consommation pour déterminer l’efficacité énergétique alimentaire et l’offre alimentaire potentielle, plutôt que d’augmenter simplement la production d’aliments, sans aucune base relationnelle. Les efforts déployés pour pouvoir mettre sur le marché international des aliments d’excellente qualité se révèlent souvent peu profitables du fait des déperdi- tions de produits. Aux Etats-Unis d’Amérique et au Royaume- Uni, ces pertes atteignent 30 à 40 % des quantités d’aliments produites, traitées, transportées, vendues et emportées par les consommateurs (Vidal, 2005). Il faudra, pour satisfaire la demande alimentaire mondiale sur une base durable, prévoir des mesures telles que l’amélioration des performances des superficies et processus de production existants, la conversion de déchets alimentaires en aliments pour animaux et la restau- ration des écosystèmes sur lesquels repose notre capacité de nous nourrir.


Ces pertes alimentaires sont aussi des pertes d’eau, puisque de grandes quantités d’eau sont utilisées pour produire les aliments perdus. Il est établi que les niveaux les plus élevés des pertes de produits agricoles et alimentaires surviennent entre l’exploitation et le marché dans les pays en développement, tandis que les ni- veaux de gaspillage alimentaire (apport calorique excédentaire et obésité) les plus élevés sont enregistrés dans les pays industria- lisés. La disparition ou la diminution d’autres services essentiels des écosystèmes (tels que le maintien de la structure et de la fertilité des sols, de la biodiversité et notamment des espèces pollinisatrices ainsi que de la diversité génétique nécessaire aux améliorations agricoles futures) et les émissions de gaz à effet de serre (notamment de méthane) par décomposition de rejets ali- mentaires ont une incidence notable sur la viabilité à long terme de l’activité agricole à l’échelle mondiale.


30


Ainsi, le gaspillage d’aliments est non seulement une utilisation inefficace des services écosystèmiques et des ressources tirées des combustibles fossiles qui permettent de les produire, mais en plus un facteur qui contribue largement au réchauffement de la planète après la mise en décharge. Aux Etats-Unis, les déchets organiques occupent la deuxième place parmi les catégories de déchets présentes dans les décharges, celles-ci étant la princi- pale source d’émissions de méthane. Au Royaume-Uni, les pro- cessus digestifs des animaux et le fumier émettent près de 40 % du méthane libéré dans l’ensemble du pays (Bloom, 2007). La contribution de l’agriculture aux changements climatiques doit par conséquent être prise en compte dans l’appel à l’augmenta- tion de la production alimentaire dans le monde.


Considérés ensemble, les pertes post-récolte et le gaspillage alimentaire requièrent une action concertée pour intensifier la sensibilisation aux conséquences environnementales de l’utili- sation inefficace des ressources naturelles. Il importe d’encou- rager une nouvelle perception des déchets, non plus comme un fardeau dont il faut se débarrasser, mais plutôt comme un produit ayant une valeur économique et représentant une source d’énergie renouvelable dans le secteur des industries agroalimentaires. Les pouvoirs publics pourraient fournir un appui et adopter des politiques propres à accroître la sensibi- lisation, les innovations techniques et le transfert de technolo- gies, ainsi que la vulgarisation agricole en milieu paysan et des mesures visant à soutenir la gestion et le recyclage des déchets agricoles et alimentaires en vue de les réutiliser dans l’alimen- tation des animaux. Ces mesures pourraient s’accompagner d’autres actions gouvernementales destinées à valoriser les services écosystémiques de manière à répondre aussi aux exi- gences écologiques, par exemple, en créant un parc aquatique naturel doté d’une réserve d’eau suffisante pour assurer son bon fonctionnement.


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108