search.noResults

search.searching

dataCollection.invalidEmail
note.createNoteMessage

search.noResults

search.searching

orderForm.title

orderForm.productCode
orderForm.description
orderForm.quantity
orderForm.itemPrice
orderForm.price
orderForm.totalPrice
orderForm.deliveryDetails.billingAddress
orderForm.deliveryDetails.deliveryAddress
orderForm.noItems
s


14.2. Maintenant, lisez l’interview avec le réalisateur Laurent Cantet et répondez aux questions qui suivent :


1. Inspiré du livre de François Bégaudeau – qui tient le rôle principal – « Entre les murs », de Laurent Cantet, dépeint le travail quotidien d’un enseignant dans une classe difficile d’un collège parisien. Rencontré samedi, à l’issue de la projection offi- cielle, Laurent Cantet était loin d’imaginer être cou- vert d’or le lendemain. Interview du premier Français palmé depuis Pialat… il y a 21 ans. (Par Gaël Golhen)


Le journaliste : 5 minutes d’ovation ; une salle qui tour à tour riait et avait la gorge serrée ; les gens émus en sortant… vous vous attendiez à une telle réaction du public cannois ?


Laurent Cantet : Non. Et pour tout dire, je suis sur un petit nuage. L’émotion est tellement forte… Je ne pensais pas que les gens réagiraient comme ça, qu’il y aurait un tel partage… C’est hallucinant. Et puis vous ne pouvez pas imaginer ce que ça représente pour moi d’être à Cannes, que mon film soit projeté dans cette salle, remplie d’histoire, où sont passés tous les réalisateurs qui comptent pour moi.


2. Comment est né le film ? L.C. : Ça faisait longtemps que je voulais faire un film sur l’école. Rester entre les murs et montrer par des moments d’écoles, ce que vivent les élèves. Le jour de la sortie de mon précédent film, « Vers le sud », j’ai participé à une émission de radio à laquelle était également invité François Bégaudeau qui venait de sortir son livre. Au cours de l’émission, j’ai découvert son bouquin et je me suis aperçu qu’il traitait tous les thèmes que je voulais aborder de la manière dont je voulais le faire : sans sortir du collège, avec une démarche minimaliste et très descriptive. En rentrant dans l’ascenseur, je lui ai demandé s’il


était intéressé par une adaptation. Il m’a donné son livre et trois jours après je signais.


3. Pourquoi l’école ? L.C. : Parce que j’ai l’impression que, là, se jouent toutes les questions de notre société : l’immigra- tion, le respect, la violence, l’intégration… C’est un microcosme passionnant.


Et les élèves… Pourquoi avoir choisi des non professionnels ? L.C. : Parce que des acteurs de 14–15 ans, y en a pas tellement. Et puis j’avais besoin de leur expérience, de leur vécu.


4. Finalement, quel est le message du film ? L.C. : Je voulais montrer que, si l’école est une machine à exclure, c’est surtout la somme de moments de tension, de bonheur, de vérité. L’école, c’est du bonheur, du malheur, de l’exclu- sion, du rire, de la tristesse, de la mélancolie, de la dureté… Les moments qu’on passe sur les bancs d’une école sont finalement plein d’expérience. Quelque chose de très important se joue à ce mo- ment-là. Et le film rend justice à tous ces moments et à tous les acteurs de l’école : aux élèves (même quand ils sont horripilants), aux profs (qui n’ont pas de solution miracle) et à l’encadrement…


C’est un vrai film républicain finalement… L.C. : Complètement. Et j’en suis fier.


Vous vous voyez repartir avec un prix demain ? L.C. : Mais mon prix c’était cette projection. Et les réactions du public…


http://www.premiere.fr/Cinema/Exclus-cinema/ Interview-cinema/Entre-les-murs-interview- de-Laurent-Cantet/(gid)/1296665


73


L


e i


z


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28