This page contains a Flash digital edition of a book.
POUR VOS APPELS D’OFFRES


Jean-Pierre Gautier, Directeur des métiers chez Acsep


100.000 lignes de commandes avant de faire des pré-regroupements, de vérifi er si les produits sont dispo- nibles et de commencer à lancer des missions de préparation ».


Ne plus faire de vagues


Evelyne Raynaud, Directrice Commerciale France d’ A-Sis


(Groupe CFD)


Christophe Henry, Directeur Général d’Inffl ux


Jean-


François Biesbrouck, Président de BK Systèmes


On l’aura compris, le WMS qui reçoit toutes les commandes, puis cal- cule une partie de la nuit en mode batch pour accoucher au petit matin d’une liste de missions de prépara- tion n’aura pas vraiment la cote dans l’e-commerce. Pendant tout ce temps, les commandes vont continuer d’af- fl uer, avec sans doute, pour cer- taines, des livraisons plus urgentes que celles en cours de préparation. Toutes les opérations (pré ordon- nancement, recherche de disponi- bilité des produits, calcul des réap- provisionnements) doivent donc être menées en parallèle, ce qui peut poser des problèmes de performances quand les volumes augmentent. « La problématique qu’ont certains de nos concurrents est que leurs progi- ciels datent des années 90 ou même avant, et qu’ils n’ont pas été conçus pour gérer ce mode de traitement de plusieurs dizaines de milliers de commandes par jour », souligne François Biesbrouck, Président de BK Systèmes. En revanche, il semble un peu sceptique sur le concept « waveless », défendu notamment par l’éditeur Manhattan Associates (voir encadré page 80). « Nous sommes capables de travailler sans vague pour des processus un peu par- ticuliers qui le justifi ent, comme les fruits et légumes par exemple. Mais dans l’e-commerce, compte-tenu du grand nombre de références, la vague de préparation présente l’intérêt, en associant des commandes qui vont avoir le même cheminement, de mas- sifi er et d’optimiser toute l’organi- sation du prélèvement avant répar- tition. Il n’empêche qu’il y a des commandes urgentes à faire passer, mais notre WMS n’a aucun problème pour paralléliser tout cela, et lancer une autre vague, avec un niveau de priorité supérieur ». En gros, le pro- blème est de ne pas lancer trop vite les paquets de commandes à prépa- rer pour pouvoir massifi er, mais pas


74 N°109  SUPPLY CHAIN MAGAZINE - NOVEMBRE 2016


trop tard non plus pour rester dans les délais du départ camion et de la promesse client. « Nous avons décou- plé dans Refl ex les notions de charge- ments et de vagues. Les vagues mul- ti-chargements permettent de gagner en productivité à condition de s’as- surer que les différents niveaux de priorité, au nombre de 9, seront bien respectés en fonction des départs camions », précise Nicolas Lucas, Chef de produits Refl ex chez Hardis.


Savoir ordonnancer


« Ce qui est important, c’est la fl exi- bilité du moteur d’ordonnancement que nous avons intégré dans Incon- soWMS il y a environ 5 ans. Traite- ment par vague ou au fi l de l’eau ? La réalité, c’est que le traitement par vague existe toujours, mais accepte les exceptions pour certains fl ux de commandes urgentes », considère Ottavio Rivelli, Directeur de la fi liale française d’Inconso. D’où l’intérêt pour le WMS d’avoir la vision la plus précise possible du portefeuille de commandes à l’instant t et de la charge de travail que représentent ses préparations en cours. Chez A-Sis, cette étape peut être réalisée soit dans l’OMS (Order Management


©JP.GUILLAUME


©INFFLUX


©A-SIS


©ACSEP


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118