This page contains a Flash digital edition of a book.
En transition vers une approche multi-site et mutualisée


Samy Kchok est Directeur Projets Transport de Carrefour France, où le distributeur travaille avec plus de 500 transpor- teurs, pour autant de M€ de dépenses annuelles. Il pilote l’évolution des outils d’optimisation.


Samy Kchok, Directeur Projets Transport, Carrefour France


Un module tactique permet des simula- tions sur des points structurants, comme l’arbitrage entre une livraison au petit matin ou tard dans la soirée, magasin par magasin.


d’une logique de performance opérationnelle liée à la refonte de la Sup- ply Chain à l’échelon hexagonal, et à l’évo- lution d’une logistique par format de ventes vers une approche multi-format.


Supply Chain Magazine : Quels sont les principes d’optimisation à l’œuvre ? Samy Kchok : Jusqu’ici, l’optimisation des tournées de la soixantaine d’entrepôts vers les magasins se fait site par site. A charge pour leur gestionnaire transport de traduire les besoins en palettes et en camions, dans une logique d’affec- tation de moyens entre notre parc dédié et des camions affrétés. Mais un projet interne vise à passer d’ici peu à une optimisation dynamique, notamment via une approche multi-site dans les zones où la densité d’entrepôts ouvre de multi- ples possibilités pour servir les besoins au quoti- dien. S’ajoute la perspective d’élargir le sujet aux flux liés au retour de marchandises, à la ges- tion des emballages, voire au transport amont en provenance de certains fournisseurs. Avec un objectif d’économies et une optique RSE vu qu’il s’agit de réduire les km parcourus et les moyens mobilisés, donc les émissions CO2


. Cela participe


2013, finalement remporté par Ortec, l’acteur déjà en place. D’un point de vue technologique, l’outil reste traditionnel, la question d’une solu- tion cloud n’ayant pu se poser à l’époque, faute d’offre. Il est surtout très puissant et son paramé- trage peut s’avérer complexe, d’autant qu’il s’agit de moins segmenter les tâches entre affectation des moyens et optimisation, avec la perspective multi-site évoquée. Pour faciliter cette utilisa- tion sophistiquée au quotidien, les opérationnels ont été mis à contribution dans l’expression de besoins quant aux questions d’ergonomie, de paramétrage ou de périmètre pris en compte. Des référents de différents métiers et régions ont par- ticipé à des ateliers entre juillet et fin octobre.


SCMag : Quels sont les outils employés ? S.K. : Pour bénéfi- cier des avancées des éditeurs de solutions, nous avions procédé à un appel d’offres en


SCMag : Comment la solution sera-t-elle déployée ? S.K. : Un POC (Proof of Concept) est lancé en novembre avec l’éditeur pour tester l’outil et l’utilisation que nous souhaitons en avoir, notamment sur le plan technique en termes de temps de réponse, d’interface ou d’éventuels bugs. Un pilote opérationnel sera ensuite mené début 2017 sur un groupe d’entrepôts, multi-site oblige, puis à l’échelle de l’un des 12 services régionaux de transport, et progressivement aux autres au fil de l’année. A noter, depuis un an nous utilisons par ailleurs un outil de simulation plus tactique, également fourni par Ortec et qui constituait un volet de l’appel d’offres cité. Il per- met par exemple de tester l’impact d’ajustements comme l’avancement d’un horaire de livraison sur tel magasin, de passer la veille plutôt qu’au petit matin…  PROPOS RECUEILLIS PAR MAXIME RABILLER


Carrefour


NOVEMBRE 2016 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE  N°109


43


©JL.ROGNON ©CARREFOUR ©CARREFOUR


Page 1  |  Page 2  |  Page 3  |  Page 4  |  Page 5  |  Page 6  |  Page 7  |  Page 8  |  Page 9  |  Page 10  |  Page 11  |  Page 12  |  Page 13  |  Page 14  |  Page 15  |  Page 16  |  Page 17  |  Page 18  |  Page 19  |  Page 20  |  Page 21  |  Page 22  |  Page 23  |  Page 24  |  Page 25  |  Page 26  |  Page 27  |  Page 28  |  Page 29  |  Page 30  |  Page 31  |  Page 32  |  Page 33  |  Page 34  |  Page 35  |  Page 36  |  Page 37  |  Page 38  |  Page 39  |  Page 40  |  Page 41  |  Page 42  |  Page 43  |  Page 44  |  Page 45  |  Page 46  |  Page 47  |  Page 48  |  Page 49  |  Page 50  |  Page 51  |  Page 52  |  Page 53  |  Page 54  |  Page 55  |  Page 56  |  Page 57  |  Page 58  |  Page 59  |  Page 60  |  Page 61  |  Page 62  |  Page 63  |  Page 64  |  Page 65  |  Page 66  |  Page 67  |  Page 68  |  Page 69  |  Page 70  |  Page 71  |  Page 72  |  Page 73  |  Page 74  |  Page 75  |  Page 76  |  Page 77  |  Page 78  |  Page 79  |  Page 80  |  Page 81  |  Page 82  |  Page 83  |  Page 84  |  Page 85  |  Page 86  |  Page 87  |  Page 88  |  Page 89  |  Page 90  |  Page 91  |  Page 92  |  Page 93  |  Page 94  |  Page 95  |  Page 96  |  Page 97  |  Page 98  |  Page 99  |  Page 100  |  Page 101  |  Page 102  |  Page 103  |  Page 104  |  Page 105  |  Page 106  |  Page 107  |  Page 108  |  Page 109  |  Page 110  |  Page 111  |  Page 112  |  Page 113  |  Page 114  |  Page 115  |  Page 116  |  Page 117  |  Page 118